Passivhaus est de plus en plus utilisé, sous le label EnerPHit, dans la rénovation de l’habitat, y compris les bâtiments anciens classés pour leur valeur patrimoniale

La 14ème Conférence Espagnole Passivhaus, organisée chaque année par la Plataforma de Edificación Passivhaus (PEP) dans le but de mettre en œuvre et de diffuser ce standard d’efficacité énergétique dans notre pays (le plus exigeant au monde), il est considéré comme une référence dans le secteur de la construction. Voici les moments forts de ce que nous avons vu lors de cette édition.

Au cours de la Conférence, deux bâtiments passifs, exemples du modèle en Galice, la communauté qui a accueilli la réunion, ont été visités. L’un d’eux est situé au cœur de Vigo, sur son Golden Mile, au numéro 11 rue Colón. Pendant près de soixante ans, cet immeuble a fonctionné comme un hôtel – le célèbre Hotel Galicia -, mais en 2019, après avoir subi une rénovation approfondie et soignée, il est devenu le premier bloc résidentiel de la communauté à obtenir le certificat officiel Passivhaus.

 

Les avantages du Passivhaus

Il s’agit d’un système de construction durable né en Allemagne en 1990 et dont le but est d’atteindre un maximum de confort en minimisant la consommation d’énergie et avec une très bonne qualité de l’air. Comment? En appliquant une série de principes ou de critères de construction comme avoir une bonne isolation, tirer le meilleur parti du rayonnement solaire avec de bonnes vitres dans les fenêtres, éviter les ponts thermiques et les infiltrations d’air indésirables et maîtriser la ventilation avec un équipement, le récupérateur de chaleur, qui, comme notre poumons, filtre et tempère l’air provenant de l’extérieur afin que la maison ne devienne pas froide en hiver ou chaude en été.

 

Pour l’équipe technique qui a rénové le bâtiment de Vigo, le projet représentait « un vrai défi », puisqu’ils sont partis d’une propriété entre murs mitoyens et avec une protection structurelle, ils ont donc dû accorder une attention particulière à tous les détails hermétiques. Cependant, ils ont démontré qu’il est possible de recevoir le label le plus strict d’efficacité énergétique et de qualité de l’air – atteindre la réduction maximale de l’énergie nécessaire à la climatisation, maintenir un environnement intérieur sain et une température constante et confortable tout au long de l’année – en appliquant cette norme dans une construction qui n’était pas neuve, mais de rénovation.  

Passivhaus pour la réhabilitation

L’évolution de ce système de construction dans notre pays a été très positive ces dernières années. La première maison Passivhaus espagnole, située à Moraleda de Zafayona, une ville de Grenade, date de 2009. Selon les données du PEP, en 2018, 33 bâtiments ont été certifiés et l’année dernière, il y en avait déjà 38. En 2022, nous avons attribués 28 labels. Au total, le nombre de projets passifs s’élève actuellement à 215, la majorité situés en Aragon, Madrid, Catalogne, Pays Basque, Navarre, Asturies et Castille et León.

 

Mais non seulement le chiffre a augmenté de façon exponentielle, mais le saut est aussi qualitatif. Jusqu’à il n’y a pas si longtemps en Espagne, la norme Passivhaus était exclusivement associée aux maisons unifamiliales. Cependant, depuis un certain temps, d’autres types de bâtiments ont été construits avec ce système, avec différentes hauteurs et avec des utilisations très diverses : des bureaux, bibliothèques et centres de santé, aux centres civiques, hôtels, résidences pour personnes âgées et, bien sûr, des blocs de logements multifamiliaux et également des logements officiellement protégés. Et il est utilisé non seulement pour des constructions entièrement neuves, mais aussi pour réhabiliter des bâtiments existants. Ce type d’intervention, en effet, représente déjà 10% de tous les projets Passivhaus, démontrant l’adaptabilité et la polyvalence de ce standard.

 

 

Passivhaus dans des bâtiments classés

L’application de ce modèle de construction fonctionne avec succès même dans les bâtiments catalogués pour leur valeur patrimoniale car ils présentent un intérêt architectural. Plusieurs exemples de cette utilisation ont été donnés lors de la conférence espagnole Passivhaus qui s’est tenue à Saint Jacques de Compostelle. L’un des plus emblématiques est l’Hôtel Villa Marta, situé dans la vallée d’Ardisana, à Llanes (Asturies). Il s’agit d’un manoir d’architecture indienne de 1915 qui fait partie du patrimoine monumental de la Principauté et qui a été réhabilité en 2018 pour en faire une maison de village de tourisme rural moderne avec un maximum de confort à tout moment de l’année, en utilisant une technologie d’efficacité énergétique de dernière génération avec laquelle il a été possible de réduire la demande de chauffage de 90%. Les promoteurs de l’œuvre ont également démontré que la durabilité n’est pas en contradiction avec l’esthétique. Le bâtiment conserve ainsi ses particularités tant à l’extérieur (sa façade est protégée) qu’à l’intérieur, avec un bel escalier en bois, du mobilier d’époque et différents éléments décoratifs caractéristiques.

.

Un autre cas d’école en termes d’interventions sur le patrimoine architectural protégé, qui peut servir de coup de pouce pour réhabiliter selon des critères de bio-construction et de consommation d’énergie quasi nulle, se trouve au Pays Basque. Il s’agit du bâtiment Txoko Txiki, une propriété unique située en bord de mer au centre de la ville de Gipuzkoan de Zarauz, cataloguée par le patrimoine. La réforme, achevée en 2022, a permis de l’adapter à son nouvel usage mixte résidentiel-tertiaire (il compte 6 logements et un espace de bureaux), tout en respectant ses façades de style néo-basque du début du XXe siècle.

 

EnerPHit, le label des réformes durables

Dans les deux exemples, nous parlons de bâtiments à haut confort thermique et à très faible consommation d’énergie après avoir appliqué les critères établis dans la certification Passivhaus, dont l’équivalent dans le domaine de la réhabilitation des bâtiments anciens est le label EnerPHit, avec des critères moins stricts (puisqu’il n’est plus possible de répondre à toutes les exigences requises comme lors d’une construction neuve, à partir de zéro), mais ils contribuent à réduire la consommation d’énergie, à augmenter le confort et à améliorer la salubrité du bâtiment.

L’EnerPHit est également décerné par le prestigieux institut de recherche allemand Passive House Institute (dans les mêmes catégories que le certificat Passivhaus : classic, plus et premium) et son obtention confère au bâtiment une plus grande crédibilité en termes de respect des normes ou exigences d’efficacité énergétique et de durabilité et le revalorise en augmentant son prix de vente sur le marché.

 

Réduire l’empreinte carbone à zéro

Selon un récent rapport du Green Building Council España (GBCe), le secteur du bâtiment est responsable de 30 % de la consommation finale d’énergie et de 25 % des émissions de gaz à effet de serre dans notre pays. Par conséquent, les maisons passives améliorent non seulement l’efficacité énergétique du parc immobilier, mais pourraient contrecarrer et même éliminer son empreinte environnementale. Cependant, si des mesures sont prises pour atténuer la pollution générée par les véhicules dans les villes, elles ne sont pas envisagées de la même manière que celle causée par les habitations. Et à ce jour, on sait que le nombre de mètres carrés certifiés Passivhaus en Espagne évite la consommation de millions de kilowattheures, ce qui se traduit par plus de 1 400 tonnes de CO2, équivalentes à celles qui peuvent être absorbées par les arbres qui seraient dans dix parcs du Retiro ensemble.

 

Parier sur la norme passive, c’est parier sur la décarbonation. Mais, en plus, les maisons passives doivent privilégier l’utilisation de matériaux à faible impact écologique pour minimiser davantage les émissions. Il existe deux types de carbone dans le cycle de vie d’un bâtiment. D’une part, il y a le carbone « d’exploitation », lié à l’utilisation du chauffage, de la climatisation, de l’alimentation en eau… C’est-à-dire l’énergie consommée lors de l’utilisation du bien. D’autre part, nous avons le carbone « incorporé » (« embodied carbon », en anglais), qui est lié à la chaîne de valeur de la construction. C’est l’énergie dite grise ou énergie cachée : les émissions de CO2 générées lors de l’extraction, de la fabrication, du transport, du montage, de l’entretien, du remplacement, de la démolition et de l’élimination des matériaux qui composent le bâtiment.

 

Selon une étude préparée par le Architects Climate Action Network (ACAN), qui rassemble plus d’un demi-millier de professionnels de la construction à travers le monde, les émissions de dioxyde de carbone incorporé représentent jusqu’à 75 % du total d’un bâtiment pendant sa durée de vie utile. La grande majorité se produit donc avant même qu’elle ne soit occupée et ne commence à être habitée.

 

Chez ACAN, ils s’engagent à construire moins et à réutiliser les bâtiments existants (la réhabilitation selon la norme Passivhaus est essentielle), à le faire efficacement (en utilisant moins de ressources, en gaspillant moins), de manière circulaire (recyclage), durable (avec des designs pour le long à long terme) et, surtout, avec intelligence, en optant pour des matériaux naturels et durables, de proximité pour réduire les distances de transport, exempts de toxines, écologiques et inoffensifs pour la santé, sans COV (composés organiques volatils) ni formaldéhydes. Il s’agit d’étendre l’utilisation du bois ou de la pierre et d’autres matériaux d’origine organique face à l’acier ou au béton armé, un matériau à énergie grise extrêmement élevée en raison des grandes quantités de CO2 qui sont émises lors de sa fabrication. Le choix « vert » des matériaux est précisément ce qui transformera une maison passive, qui répond à tous les critères de construction du certificat allemand, en une maison bio-passive, 100% respectueuse de l’environnement.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de ACAN (@architectscan)

 

La bioconstruction, alliée de Passivhaus

Les critères de bioconstruction sont ceux qui ont été suivis, par exemple, pour le bâtiment à plusieurs étages réhabilité à Vigo, dont la proposition a envisagé dès le départ de réformer la structure en béton armé afin de ne pas générer de débris issus de sa démolition, en comptant toutes les machines, transport vers l’usine de recyclage et traitement ultérieur. Dans un autre projet récent, pour une maison unifamiliale rénovée à Getxo, au Pays basque, des matériaux naturels ont été utilisés tels que la peinture à l’argile sur les murs, le bois sur les sols, les carreaux d’argile naturelle dans la cuisine et le zellige marocain (un type de carreaux de céramique faits à la main) dans les murs de la cuisine et de la salle de bain.

L’année dernière également, un immeuble résidentiel de Barcelone vieux de plus d’un siècle a été transformé en une spectaculaire maison bio-passive. Pour ce projet, appelé Showpass, une grande variété de solutions matérielles à faible impact a été utilisée : la façade extérieure a été rénovée avec du mortier de chaux naturelle locale, une isolation en laine de verre ignifuge a été installée sur la façade du jardin, l’intérieur a été isolé avec du coton recyclé , le module annexe a été réalisé avec des panneaux de fibres de bois et d’argile et les joints de construction ont été scellés acoustiquement et thermiquement avec de la laine de mouton d’un fabricant local et des rubans d’étanchéité avec un sceau environnemental à faible émission.

Cette même année débuteront les travaux d’un autre biobuilding. Il s’agit de la nouvelle Faculté des sciences de la santé de l’Université Publique de Navarre, 17 000 mètres carrés d’empreinte carbone minimale avec une structure en bois.

 

Nous continuerons à vous informer des nouveautés de Passivhaus et des normes de construction durable. En attendant, ne ratez rien en vous inscrivant à notre newsletter via le formulaire ci-dessous et en suivant la conversation sur les réseaux sociaux avec le hashtag #ConnectionsByFinsa.