Musique techno et architecture. Apparemment si différents. À travers un projet unique — mêlant matériel éditorial, photographique, sonore et une partie exposition — un livre présenté à WDCV22 plonge dans deux disciplines apparemment éloignées, la musique techno et les bâtiments modernes, mais qui ont en réalité des points de connexion importants. Comme le souligne le prologue de la publication comprise dans Erótica techno en la arquitectura valenciana (Érotique techno dans l’architecture valencienne en français) : « Cette relation entre la musique et l’architecture n’est pas nouvelle. Dans les écrits théoriques fondateurs du Mouvement Moderne, les allusions aux rythmes de composition de Le Corbusier sont parfaitement extrapolées aux schémas qui régissent la composition de la musique techno, interprétée par des ordinateurs ».

Le facteur de surprise, innovant, est précisément le but dans lequel cette action est abordée : valoriser les deux manifestations patrimoniales, avec Valence en arrière-plan, à travers des canaux autres que les habituels tels que la photographie ou l’exposition.

Erótica techno en la arquitectura valenciana est une initiative promue par WDCV2022 en collaboration avec le centre d’innovation sociale et urbaine Las Naves, inspirée d’une idée de Valencia Techno Culture, un groupe qui se penche sur l’enseignement et la diffusion de la musique techno valencienne. Elle comprend deux brefs essais de deux architectes experts dans le domaine (Débora Domingo et Mario Montesinos), ainsi qu’un essai photographique de l’architecte Ricardo Ruíz, en noir et blanc, sans présence humaine, formant ainsi un voyage à travers tous ces paysages architecturaux — et sonores — où les structures rythmiques et répétitives du béton, avec ses lumières et ses ombres, renvoient à la structure sonore d’une musique techno.

Le projet intègre également une chanson techno inspirée des paysages architecturaux photographiés, créée par les artistes Domen et Sou Allen, DJ de la légendaire discothèque Barraca, avec des sons de construction, de soudure, de martèlement et un rythme de basse écrasant. Le clip vidéo est l’œuvre de l’artiste visuel Sergi Palau. « Ce projet valorise l’architecture sous un angle différent de l’habituel et vise à attirer un public non professionnel désireux de découvrir le patrimoine valencien sous un nouvel angle », précisent ses créateurs. Et ils préviennent que ce projet pourrait n’être que le début d’une enquête plus large avec de nouveaux horizons.