« Le bonheur n’est pas de vivre vite, mais de vivre en équilibre avec notre planète. » Cette phrase prononcée lors du VIIème Congrès des Bâtiments à Énergie Quasi Nulle à Madrid en novembre dernier résume bien la philosophie d’un chemin intense vers la durabilité dans lequel l’engagement social est essentiel pour sauver la planète et, par conséquent, nous sauver nous-mêmes.

Les outils sont sur la table pour construire un nouveau modèle qui nous permette non seulement de lutter contre le changement climatique, mais aussi d’atteindre les Objectifs de Développement Durable, y compris dans la lutte contre la précarité énergétique. Dans ce contexte, la décarbonation de la construction est essentielle.

« Les constructions existantes sont responsables d’environ 40 % des émissions de CO2 dans l’Union Européenne. Réduire la demande énergétique des bâtiments implique la réduction des émissions de CO2 dans l’atmosphère, de sorte que la décarbonation des bâtiments joue un rôle essentiel », souligne Ética Arquitectura.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Plataforma PEP (@plataforma_pep)

Les bases d’une construction efficace

Les nouvelles réglementations européennes contribuent à atteindre cet objectif en fixant les minima par lesquels le secteur doit être régi. L’UE a publié une directive en 2012 pour réduire les émissions, et la transposition de cette directive dans les lois des pays membres devrait désormais entrer en vigueur. Concrètement, cela implique qu’à partir de 2021, tous les nouveaux bâtiments doivent avoir une consommation d’énergie quasi nulle.

En Espagne, de nombreux professionnels du secteur engagés dans la durabilité ont déjà progressé et se sont engagés dans une architecture et une construction durable, au-delà des minima fixés par la réglementation. En France également, où par exemple l’association Maison Passive Française s’occupe de certifier les maisons passives répondant aux critères du label Passivhaus.

Qu’est-ce qu’un Bâtiment à Consommation Quasi Nulle ?

La directive européenne considère un bâtiment à consommation énergétique quasi nulle comme un bâtiment qui a un niveau élevé d’efficacité énergétique pour son fonctionnement normal et dans lequel la faible quantité d’énergie dont il a besoin doit être couverte, dans une large mesure, par les énergies renouvelables produites dans l’entourage du bâtiment. Pour cela, des systèmes passifs doivent être mis en place pour réduire la demande et des systèmes actifs qui permettent de satisfaire efficacement les besoins de climatisation, d’eau chaude ou de ventilation avec la production d’énergie renouvelable in situ.

Bien que la dernière mise à jour du Code Technique du Bâtiment en Espagne ait limité les conditions, la vérité est qu’il s’agit d’un règlement ouvert à l’interprétation, si bien que nombreux sont ceux qui ont choisi d’appliquer le label de certification Passivhaus, que certaines villes européennes appliquent déjà, comme la France ou Bruxelles. Il s’agit d’un label plus exigeant, qui repose sur une définition fonctionnelle et une quantification énergétique commune à tous les pays qui permet de quantifier la norme de haute efficacité avec des chiffres très précis.

« Le système Passivhaus a un aspect très intéressant car, d’une part, il limite la demande d’énergie et d’autre part, la deuxième étape serait de savoir comment générer l’énergie renouvelable sur place », explique le consultant Passivhaus Oliver Style.

Ce qui se traduit également par un meilleur confort et une meilleure qualité de l’air intérieur puisque, souligne le fondateur d’Energiehaus Arquitectos Micheel Wassouf, « c’est un logement qui, les jours les plus froids et les plus chauds de l’année, est capable de maintenir le confort intérieur, fournir l’énergie nécessaire au chauffage et au refroidissement grâce à un petit flux d’air dont nous avons besoin dans tous les cas pour aérer les maisons », ajoute-t-il.

Cette mage du cabinet espagnol Energiehaus Arquitectos montre les points essentiels des bâtiments avec une énergie quasi nulle suivant le label Passivhaus.

La clé pour atteindre les objectifs des Bâtiments à Énergie Quasi Nulle

Les experts en construction durable le savent bien. Pour l’architecte Iñaki del Prim, « les Bâtiments à Consommation Énergétique Quasi Nulle sont une réalité, ils sont une nécessité et une obligation éthique. Et je pense que le moyen le plus approprié de construire ces bâtiments est de recourir à des stratégies passives. Là, des labels comme le Passivhaus nous conduisent avec rigueur à des bâtiments de ce type ».

Où est la clé ? Pour l’architecture éthique, elle est « dans le design passif du bâtiment ». Cela signifie que « grâce aux ressources que possède l’architecture elle-même et aux facteurs de conditionnement de la situation, de l’emplacement et de localisation du bâtiment, on parvient, par exemple, à ce que le bâtiment soit chauffé par lui-même, qu’il ne surchauffe pas en été, ou que l’énergie que nous avons utilisée pour le climatiser ne se perde pas au moment où nous déconnectons les systèmes ».

On parle aussi d’un bâtiment qui demande peu d’énergie et qui se réalise, explique Oliver Style, à travers l’enveloppe thermique, qui est la peau du bâtiment. « Une enveloppe thermique bien conçue avec de faibles pertes d’énergie. Le concept est d’avoir un manteau continu dans tout le bâtiment qui en hiver garde la chaleur à l’intérieur et en été maintient la chaleur à l’extérieur ».

Un bâtiment qui non seulement protège la planète, mais offre également un plus grand confort à ceux qui l’habitent. « Si nous concevons un bâtiment simplement comme une machine et que nous devons réduire l’énergie dont cette machine a besoin, nous allons nous tromper. Le bâtiment est pour l’homme et l’objectif doit toujours être de créer des espaces sains et confortables », souligne Oliver Style.

Image : Genars. Les Bâtiments à Énergie Quasi Nulle augmentent le bien-être des utilisateurs, comme cette maison de retraite à Barcelone.

Les six axes de base, résume Micheel Wassouf, sont l’isolation thermique, de bonnes fenêtres, la maîtrise des ponts thermiques, la ventilation contrôlée, la production solaire et l’étanchéité à l’air. Finsa a d’ailleurs à cet effet été l’une des premières entreprises à avoir certifié un élément constructif qui est le superpan Tech P5 pour l’étanchéité.

Les matériaux dans les Bâtiments à Énergie Quasi Nulle

Les matériaux sont aussi importants que le design. Si, en matière d’énergie, un bâtiment efficace et confortable peut être réalisé a priori en utilisant n’importe quel matériau du système de construction, il existe certains matériaux plus adaptés à ce type de bâtiment. L’un d’eux : le bois.

Oliver Style explique que le bois a une conductivité thermique plus faible que les autres matériaux, 0,13 contre 2,5 pour le béton ou 50 pour l’acier. « Si nous utilisons une structure en bois par rapport à une structure en béton armé ou une structure métallique, nous utilisons un matériau qui, en raison de ses propriétés thermiques, conduit déjà moins de chaleur et, par conséquent, moins d’efforts devront être employés pour réduire les pertes », fait-il remarquer.

A ces propriétés s’ajoutent d’autres aspects qui le rendent particulièrement adapté aux bâtiments efficaces. Selon Iñaki del Prim, ce matériau « a une capacité isolante, une capacité de régulation hydrothermale élevée, est durable et a une énorme polyvalence. Cela ne limite pas les capacités de conception d’un bâtiment. Vous pouvez concevoir tout ce que vous voulez en bois quand vous y réfléchissez ».

Image : Jorge Allende. Iñaki del Prim utilise le bois dans 95 % de ses chantiers pour ses propriétés constructives et sa durabilité.

Les experts conviennent que le bois n’offre pas seulement des avantages du point de vue de la construction, mais aussi du point de vue environnemental, et ce, tout au long de son cycle de vie. Il affecte non seulement la durabilité de l’utilisation du bâtiment, mais aussi la conception, la fabrication, la construction et la démolition. Si on analyse le point de vue environnemental, dès l’extraction des matériaux jusqu’à la gestion finale des déchets après démolition, « les matériaux peuvent représenter de 2/3 à 3/4 de l’impact », explique Gerardo Wadel, membre fondateur de la Societat Orgánica. C’est pourquoi, insiste-t-il, le bois est si important. Car « si vous parlez de carbone, la croissance de l’arbre lui-même a besoin de ce carbone, avec lequel il y a une absorption que vous donne un matériau qui non seulement l’évite dans son processus de fabrication, mais, au contraire, présente des économies qui vont aider d’autres matériaux afin que le carbone de construction du bâtiment soit beaucoup plus faible ou pratiquement nul. Il est renouvelable. Par conséquent, l’arbre que vous coupez, avec ce carbone séquestré, a été remplacé par d’autres arbres. Cela est mesuré et certifié et lorsque vous achetez le bois, il est sûr. Il est réutilisable par exemple pour un autre travail, ou bien le matériau peut être recyclé pour fabriquer de nouvelles planches. Vous le gardez constamment dans le cycle technique : il est soit réutilisé, soit recyclé, mais il ne devient pas un déchet ».

Objectif : la réhabilitation énergétique

Mais dans quelle mesure l’amélioration énergétique est-elle quantifiable ? Les mesures effectuées indiquent que la conception et la construction de Bâtiments à Consommation Énergétique Quasi Nulle peuvent conduire à une réduction de la demande énergétique allant jusqu’à 90 % par rapport à un bâtiment conventionnel, et ce pourcentage est proportionnel à la réduction des émissions de CO2.

Ces paramètres peuvent être appliqués à la fois aux nouvelles constructions et à la rénovation complète. Chez Energiehaus, ils ont transféré ces mesures dans le domaine de la rénovation sur la base des réformes qu’ils mènent. « Avec ces 90 % d’économie, nous avons calculé ce qui se passerait si, à Barcelone, toutes les maisons étaient rénovées selon le même standard, celui de Passivhaus, et le résultat est qu’une centrale nucléaire pourrait être fermée. Ce serait l’équivalent de ce que Ascó produit annuellement. C’est juste une preuve pour refléter le potentiel », souligne Wassouf.

Image : Álvaro Valdecantos. Conçu par Energiehaus Arquitectos, le restaurant KOH, un espace à usage gastronomique rénové pour la première fois à Barcelone selon les critères EnerPhit.

Mais est-il possible d’aborder cette rénovation globale dans l’immense parc de logements qui existe actuellement ? Quatre bâtiments sur cinq sont inefficaces en terme d’énergie et bon nombre des maisons construites avant 1979 manquent même d’isolation thermique.

Les experts conviennent que d’un point de vue constructif et financier, il est viable, cependant, il existe une grande barrière, la barrière sociale. Les bâtiments ne sont pas seulement des armures, ils sont habités. C’est le plus gros handicap, celui de la logistique. Cependant, c’est un domaine qui doit être abordé. « Nous allons construire peu de nouveaux bâtiments de construction dont la consommation peut être pratiquement nulle en phase d’utilisation et neutre en carbone à toutes les phases du cycle de vie. Cela, peut-être dans 10 ans, finira par représenter 5 % de l’ensemble du parc bâti. Les 95 % restants proviennent du code précédent et tout ce que cela montre, c’est ce que nous devons vraiment attaquer avec la rénovation. Et la rénovation énergétique répondant à des objectifs stricts fait très peu partie de la rénovation qui est réalisée », explique Gerardo Wadel.

Il reconnaît que c’est une « tâche titanesque » mais il y a une opportunité à s’y attaquer, surtout quand actuellement les rénovations qui sont effectuées sont des actions fonctionnelles et esthétiques, mais les questions énergétiques ne sont pas abordées.

Pour cette raison, ajoute-t-il, nous ne pouvons pas rester impassibles, mais « nous devons intervenir dans la rénovation autant que possible et aussi loin que nous pouvons. Cela sera-t-il suffisant ? Non, ce ne sera pas suffisant, mais je ne devrais pas rester les bras croisés dans la maison que j’ai en attendant que le bâtiment soit rénové. J’ai peu de menuiserie, ou d’isolation, ou il s’avère que nous n’avons pas d’énergies renouvelables et que les installations sont vieilles… Une communauté organisée, consciente, formée, motivée, avec qui on peut faire des merveilles ».

Les défis du futur : les bâtiments à énergie positive

Alors qu’avant, l’objectif ultime était d’atteindre des bâtiments à consommation énergétique quasi nulle, c’est maintenant le point de départ. En 2030, les nouveaux bâtiments de construction devraient être neutres en carbone dans le cycle de vie et en 2050, il devrait y avoir neutralité dans le parc bâti.

Pour cela il faut, non seulement aller dans la bonne direction mais à la bonne vitesse pour tenter de relever un nouveau défi pour l’avenir qui, pour Ética Arquitectura, est clair : « La construction de bâtiments à énergie positive, c’est-à-dire qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment ».