L’idée reformule tout ce qui a jusqu’à présent réussi sur Internet. Elle brise les fondements des algorithmes qui positionnent ceux qui génèrent des contenus choquants et une consommation quasi instantanée. Les jardins numériques – connus sous le terme anglais de digital garden – sont le contraire. Ils vous invitent à vous arrêter, à penser, à réfléchir et à générer des espaces qui reflètent la personnalité et les goûts de ses auteurs.

Loin des formats standardisés proposés par les modèles des nouveaux programmes de création de pages web et du bruit des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook, les digital gardens sont présentés comme la potion parfaite pour Internet pour mettre un frein, comme le prétend un grand groupe d’utilisateurs.

Bien qu’il ait récemment gagné en popularité, le concept de jardins numériques a émergé en 1998 lorsque Mark Bernstein a introduit l’idée du hypertext garden. Comme il l’indique dans un rapport du magazine MIT Technology Review, dans ce genre de manifeste fondamental, « le jardin est une terre agricole qui ravit les sens, conçue pour le plaisir plutôt que pour le confort ».

Image du manifeste de Bernstein qui a donné naissance au concept des digital gardens sur Internet.

Les jardins numériques perdent de vue le public

L’une des principales caractéristiques des digital gardens concerne leur contenu, qui semble trop vaste. D’une recette culinaire que vous aimez à un commentaire sur le livre que vous venez de lire. Bien sûr, chacun trouve généralement un sujet spécialisé auquel il prête attention et le développe au fur et à mesure qu’il l’approfondit. Il est modifié autant de fois que nécessaire et ils ne sont pas soumis à la catégorisation que l’on a avec des sujets dits sur l’actualité.

Au fond, les digital gardens ne font pas attention au public potentiel qu’ils peuvent avoir, mais essaient plutôt d’exprimer leur développement personnel. Le consultant en marketing numérique Tom Critchlow, qui a été en charge d’arroser son jardin numérique pendant des années, l’explique ainsi pour le MIT Technology Review : « Avec les blogs, vous parlez à un large public, tandis que dans un jardin numérique, vous êtes en train de vous parler à vous-même. Vous vous concentrez sur ces thèmes que vous souhaitez cultiver au fil du temps ».

« Vous ne trouverez pas son contenu sur Twitter et il n’est jamais supprimé », souligne la designer Maggie Appleton, qui met l’accent sur la variété des thèmes que l’on peut trouver dans les digital gardens : « On finit tous par réfléchir à des choses étranges, mais c’est que dans les digital gardens il n’y a pas de limite ».

Créateurs de jardins numériques et de programmation

S’il n’y a pas de limite sur le fond de ce qui est écrit dans les jardins numériques, dans la forme non plus. En fait, l’une des principales caractéristiques de ces espaces est qu’ils fuient les modèles que les applications proposent habituellement pour générer des pages web et recherchent la simplicité qu’avaient les anciennes pages.

Pour cette raison, les créateurs de digital gardens sont des personnes ayant des connaissances en programmation et habituées à générer des produits dans des environnements en ligne. « Les digital gardens sont une réaction brutale à l’Internet auquel nous nous sommes habitués à contrecœur, où les choses deviennent virales, le changement est méprisé et les sites sont unidimensionnels. Nous trouvons des espaces bien conçus pour nos photos et nos publications sur les profils Facebook et Twitter, mais les amateurs de digital gardens rejettent ces éléments de design fixes », explique la journaliste Tanya Basu.

À ce stade, voici l’histoire de la façon dont Sara Garner a fini par créer son propre digital garden. Cette ingénieure en informatique construisait son site web personnel à partir duquel elle allait créer un lien vers ses profils sur les réseaux sociaux et les projets les plus importants qu’elle avait réalisés. Mais lorsqu’elle a terminé, elle s’est rendu compte que la page ne représentait pas qui elle était vraiment et a décidé de faire un digital garden axé sur les musées. Au moins, les gens pourraient peut-être mieux la connaître ou du moins elle pourrait être mieux identifiée au site.

Jardins numériques et connexions

L’échange d’informations et de contenu des blogs a été canalisé via les réseaux sociaux, ce qui a permis des modes de communication bidirectionnels et instantanés. Cependant, les digital gardens sont des espaces plus calmes, où les réactions immédiates ne sont pas recherchées, mais approfondissent la connaissance d’un certain sujet tout en vous connectant à d’autres digital gardens à partir desquels vous nourrissez vos pensées.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies