La rigidité du mobilier urbain est arrivée à son terme. À présent, nous pouvons décider comment utiliser les meubles dans les espaces publics. Pas de bancs ancrés au sol ni de jardinières fixes. Cela ressemble-t-il à une utopie ? Voici cinq exemples qui prouvent que le mobilier urbain flexible est déjà une réalité.

“Modulit” : concevez votre propre espace

Les étudiants en architecture de l’Université internationale de Catalogne ont imaginé un objectif : faciliter la participation active des personnes dans le processus de conception de l’espace public en fonction de leurs besoins.

Avec cette philosophie, ils ont créé Modulit, une proposition de mobilier urbain modulable et accessible. Le prototype se compose d’un pentagone irrégulier composé de différentes pièces qui, en raison de sa nature flexible, permet une multitude de combinaisons. Chaque pièce peut avoir une grande variété d’usages : tabouret, banc, table ou jardinière.

SimpliSeat : vous choisissez comment vous asseoir

Le projet SimpliSeat se veut une collection de meubles en bois modulables. Il s’agit d’un design de l’industriel Maksim Shniak qui s’adapte à différentes situations selon les exigences ou les expériences recherchées à chaque instant. Avec ces bancs en bois, vous décidez comment et où vous asseoir.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Revista Br ®️ (@brmagazineec)

Une chaise en forme de tulipe

La pluie peut-elle inspirer le mobilier urbain ? La chaise Tulip prouve que oui. Le designer néerlandais Marco Manders l’a conçu pour éviter l’inconfort de s’asseoir sur un banc mouillé chaque fois qu’il pleut.

La chaise en forme de tulipe se ferme lorsqu’elle n’est pas utilisée, gardant ainsi le siège au sec et propre. De plus, elle est orientable et offre la possibilité de choisir l’endroit vers lequel s’orienter lorsque l’on s’assoit.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Tulpi-design (@tulpidesign)

« Archipiélago » : un jardin interactif

L’artiste Jerónimo Hagerman analyse, à travers ses interventions végétales, la manière dont l’être humain et la nature sont liés. Sa création Archipiélago offre aux citoyens une nouvelle possibilité d’interagir avec l’espace et de créer différentes dynamiques sociales.

Il utilise vingt hexagones mobiles de trois tailles. Sa mobilité permet de générer différentes formes créant une pièce dans laquelle, comme l’explique l’auteur, le plus important est « ce qui se passe lorsque les gens l’utilisent pour se reposer, socialiser ou voir le temps passer ».

Le parking temporaire pour vélos

Pourquoi occuper l‘espace public si ce n’est pas nécessaire ? Gottlieb Paludan Architects a conçu une solution pour permettre la création de parking pour vélos où et quand cela est nécessaire, par exemple, dans les zones scolaires pendant les heures de cours. Ce projet destiné à permettre des parkings temporaires a été réalisé pour la commune danoise de Frederiksberg et a évité la paralysation de l’espace urbain.