Juli Capella (Barcelone, 1960) est tombé sur l’architecture après avoir découvert dans son enfance que les études d’inventeur n’existaient pas. Aujourd’hui, il développe sa passion pour les objets dans des livres comme Así nacen las cosas (C’est ainsi que les choses naissent), De la fregona al Airbus (Du balai à franges à l’Airbus) ou Made in Spain: 101 iconos del diseño español (Made in Spain : 101 icônes du design espagnol), ou aussi des expositions. ¡Funciono! Porque soy así, (Je fonctionne ! Parce que je suis comme ça) est déjà l’un des incontournables du Madrid Design Festival 2020.

Connu du grand public pour ce travail de divulgateur, il développe sa facette d’architecte, urbaniste et créateur à travers le studio Capella García Arquitectura.

Que trouvera le public qui visite « ¡Funciono ! Porque soy así » ? (Je fonctionne ! Parce que je suis ainsi ?)

Il trouvera des objets qu’il possède à la maison ou qu’il utilise au quotidien dans une sorte de musée et je pense que cela le surprendra. Il se demandera « que fait un clip ici ? » Ou un post-it, ou un stylo BIC … C’est le but de l’exposition : réaliser que les objets qui nous entourent ont une valeur créative très intéressante.

 

 

Autrement dit, même dans l’objet le plus simple, il y a du design. Accordons-nous moins de valeur au design du quotidien ?

Nous lui accordons peu de valeur car nous le tenons pour acquis et nous ne remarquons les objets que lorsque nous en avons besoin ou lorsqu’ils ne fonctionnent pas. Vous ne pensez jamais à l’ouvre-boîte – l’un des objets de l’exposition – jusqu’au jour où vous partez en excursion et que vous l’oubliez.

 

Ne pas connaître les auteurs de ces dessins, que ce ne soient pas des noms connus, cela joue-t-il un rôle ?

Les gens associent au design des objets tels que ceux qu’ils ont vus dans les magazines et ont un auteur connu, comme Philippe Starck ou Mariscal. Mais tout est conçu et tout a un auteur, même si nous ne le connaissons pas ou ne connaissons pas son nom. L’important, c’est de réaliser que derrière chaque objet, il y a un designer qui se soucie d’améliorer notre vie.

 

L’être humain pourrait-il vivre sans design ?

Impossible. Sans design, l’homme retourne au primitif. Il n’y aurait pas de bâtiments, pas de meubles, pas de transport, pas de vêtements … Il n’y aurait pas d’hôpitaux, pas de médicaments, pas de vaccins – quelqu’un a conçu la seringue ! Nous retournerions vraiment dans les cavernes.

Les créateurs sont-ils conscients de leur responsabilité sociale découlant de la capacité de transformation du design ?

Il y a très peu de designers conscients de cette fonction sociale. Fondamentalement, ce qu’ils veulent, comme tout le monde, c’est de pouvoir en vivre. Je souhaite mettre en valeur ceux qui cherchent vraiment à résoudre les problèmes des gens.

Dans notre vie quotidienne, nous voyons que les choses sont assez mal faites et cette exposition explique qu’avec le temps et l’effort, chaque design peut être amélioré.

 

L’exposition regroupe les objets selon 10 stratégies : baisser les prix, innover, compléter, accélérer, multifonction, réduire, faciliter, ajouter, styliser et surprendre. Qu’est-ce qui est le plus important en ce moment ?

La principale stratégie aujourd’hui est de garder à l’esprit que toute nouvelle création doit avoir le moins d’impact environnemental possible. L’éco-conception doit être transversale : réduire le prix, compléter, accélérer … mais à condition de ne pas nuire à la planète. Il n’y a plus de place pour un designer qui initie un projet d’objet sans se soucier de réduire sa charge polluante.

Il y a une autre stratégie opposée à celle-ci qui est celle du bénéfice maximum et c’est celle qui fait bouger le monde. Ce que les entreprises demandent à un designer, c’est de concevoir quelque chose qui fait gagner plus d’argent.

 

 

Nous considérons le design comme un binôme de forme et de fonction. Quelle place l’émotion occupe-t-elle ?

Le binôme forme-fonction est un peu ancien et mensonger. Aucune formule ne définit ce qui est le plus important. Mais en plus l’être humain, qui est spectateur et utilisateur d’un objet, est un être émotionnel qui préfère parfois qu’une chose marche moins bien mais soit plus belle. Un exemple est la chaussure à talons hauts : elle n’est pas fonctionnelle, mais elle a une esthétique et a des connotations qui mènent de nombreuses femmes à les porter.

Le facteur émotionnel est libérateur. Chaque individu est différent et cela permet aux objets d’être différents à leurs yeux. La découverte de cette valeur symbolique de l’objet est ce qui nous rend libres et uniques.

 

Comment êtes-vous passé de l’architecture au monde de la divulgation du design ?

Par curiosité. Je me considère avant tout un être humain curieux, capable de s’enthousiasmer et d’apprécier les histoires des choses ou des bâtiments. J’aime partager avec les autres ce que je découvre et me surprendre. J’ai toujours été passionné par les objets et les expliquer aux gens d’une manière différente, à travers des livres, des magazines, des expositions …

Et entre architecture et divulgation, que préférez-vous ?

Je suis maximaliste, je tiens donc à garder les deux ainsi que tout ce qui me plaît. Toute activité créative – urbanisme, décoration d’intérieur, création d’une exposition, écriture, peinture, dessin – c’est pareil pour moi, c’est créer quelque chose que les gens aiment (ou souffrent !). Cependant, la bureaucratie et la passivité me dérangent énormément.

 

Votre studio est l’une des références de la scène nationale, comment y parvenir ?

Le premier critère est de vivre de nombreuses années pour avoir beaucoup de temps pour travailler. Il faut ensuite mettre toute sa passion et rigueur professionnelle dans les projets. Nous avons toujours fait des designs avec un intérêt créatif, innovant mais réalisables : en respectant la réglementation mais en veillant à ce que le résultat soit original, spécial et différent. De plus, nous avons eu la chance de faire des projets internationaux, comme des restaurants pour le chef José Andrés, et cela concède une certaine popularité.

Quelle est la clé d’un bon design ?

Il est impératif qu’il y ait un talent de base. Si vous ne savez pas tenir un crayon ou que vous n’aimez pas penser de manière innovante, vous ne pouvez pas être designer. Le créateur est en quelque sorte un inventeur mais aussi un artiste. Et puis il faut beaucoup de travail, beaucoup de tentatives et remplir beaucoup de poubelles avec des idées rejetées. C’est ce qui ressemble le moins à la trouvaille par hasard, au « J’ai une idée ! » Chaque projet cache toujours beaucoup de talent, beaucoup d’efforts, de nombreuses heures de travail et surtout de nombreux rejets.

 

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui débute dans le monde de l’architecture ?

Qu’il abandonne. L’architecture est devenue une bureaucratie absurde, remplie de réglementations, souvent contradictoires, et le travail créatif a diminué. L’exercice de l’architecture en Espagne est aujourd’hui un drame et cela devient ennuyeux, il est donc de plus en plus médiocre, à l’exception des grands maîtres. Dans d’autres domaines du design, comme la décoration d’intérieur ou la conception de produits, il reste encore un peu plus de liberté.

 

Quels projets avez-vous en cours qui vous passionnent particulièrement ?

Tous les projets que vous avez en cours sont toujours ceux qui vous passionnent le plus, car pour ceux qui sont terminés, vous vous rendez compte de ce que vous ne saviez pas comment mieux faire. Nous travaillons à présent dans deux nouveaux restaurants pour José Andrés, à Chicago et à Dubaï, et nous préparons un nouveau magasin officiel du F.C. Barcelone, après avoir terminé celui des Ramblas. Mais peut-être que ceux qui nous enthousiasment le plus sont les deux hôtels à Budapest et à Lisbonne, où nous nous occupons de l’architecture et de la décoration d’intérieur.

La décoration d’intérieur est-elle devenue un refuge de la créativité face au paysage gris qui se dessine dans le monde de l’architecture ?

Bien sûr. À Barcelone, où la construction de logements est pratiquement paralysée, de nombreux architectes font de la décoration d’intérieur. Même si je n’ai jamais considéré que l’architecture soit la construction de bâtiments et pas des intérieurs. Conformément à la tradition italienne, je pense que dans le rôle de l’architecte, il existe un très large éventail qui va de l’urbanisme à l’objet – « dal cucchiaio alla città » -, il est donc très normal pour un architecte de faire de la décoration intérieure. Peu importe l’échelle, Mies Van Der Rohe l’a déjà dit: la fabrication d’une chaise est encore plus difficile que la construction d’un gratte-ciel. Dans les deux cas, vous devez créer une structure, rechercher des matériaux, rechercher une forme … L’un a une dimension énorme et l’autre est plus petit, mais c’est un travail créatif très similaire.

 

Quel serait le projet de vos rêves, le défi que vous n’avez pas encore relevé ?

J’aimerais faire quelque chose que je n’ai pas fait, comme un centre de réfugiés, un hôpital ou une maison de retraite. L’architecture à caractère social où vous pouvez vraiment voir que ce que vous faites a un réel impact sur les gens. Par exemple, si une école est bien conçue, les élèves apprendront mieux.

 

Quelle est votre source d’inspiration ?

Vivez avec les yeux grands ouverts et soyez très curieux. Chaque personne traverse la vie en regardant d’une certaine façon, mais les architectes ou les concepteurs, c’est comme si nous portions des lunettes spéciales qui nous obligent à tout voir : le revêtement qui ne draine pas, s’il manque une rampe, si la poubelle est mal conçue … La méthode du créateur est de tout remettre constamment en question, de le critiquer ou de l’encenser. C’est une maladie qui vous rend créatif. J’aime aussi lire, voir des œuvres architecturales, assister à des conférences … Vous vous imprégnez constamment des choses mais, c’est surtout une manière différente de vivre.

Quelles sont vos références en design ?

En architecture, j’aime beaucoup l’organicisme, de Gaudí à Alvar Aalto. En termes de design, j’aime l’italien, mais il y a aussi de grandes figures en Espagne, comme Miguel Milá, Oscar Tusquets ou Mariscal.

 

Avec qui aimeriez-vous collaborer ?

Je serais ravi de pouvoir collaborer avec certain des grands architectes contemporains, pour avoir la possibilité d’apprendre à leur côté. De Norman Foster, dont le monde technologique est fascinant, à Frank Gehry, qui est l’inverse, plus artistique, plus organicien. J’ai toujours aimé faire des collaborations car c’est l’occasion d’apprendre les uns des autres, de « voler » des choses.

 

Et aussi de se faire voler.

C’est quelque chose que j’adore. Si l’on vous copie, cela signifie que vous avez fait quelque chose de bien. Au Madrid Design Festival, je donnerai une conférence sur les copies et les coïncidences dans le design de l’exposition Cocos, copias y coincidencias (cerveau, copies et coïncidences ). Parce qu’il est clair que nous copions tous et que tous nous copient.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies