En mars dernier, le Pritzker, prestigieux prix d’architecture, plaçait l’Afrique sur la carte de la meilleure architecture mondiale. Le prix que la Fondation américaine Hyatt décerne chaque année aux professionnels les plus marquants pour leur créativité et pour la conception d’œuvres fonctionnelles et innovantes a récompensé dans cette édition Diébédo Francis Kéré, architecte Burkinabé basé en Allemagne (son studio se trouve dans la capitale) et qui est ainsi devenu le premier architecte africain, à recevoir ledit prix.

arquitectura en África

Et pourquoi lui a-t-il été décerné ? Eh bien, parce que Kéré développe, comme l’explique le jury du Pritzker, « une architecture pionnière, durable pour la terre et ses habitants, située dans des lieux de pénurie extrême » et parce que « il est à la fois architecte et serviteur, contribuant à améliorer la vie et les expériences d’innombrables citoyens dans une région du monde parfois oubliée ». Kéré est considéré comme une sorte d’architecte du peuple et un guide du changement qui cherche toujours la logique plus que la technologie, impliquant les gens, rendant la construction collaborative et partagée. « L’architecture – a-t-il dit – c’est se salir et pousser tout le monde ensemble ».

Une école dans son village, premier projet

Francis Kéré est né il y a 56 ans à Gando, une ville du Burkina Faso. En tant que fils aîné du chef du village, il devait étudier. Il a eu de la chance, mais il ne l’a pas vu de cette façon. À l’âge de sept ans, il a cessé de jouer avec ses douze frères et sœurs pour marcher vingt kilomètres par jour jusqu’à une école construite avec des blocs de béton, insalubre et très mal aérée, où s’entassaient des centaines d’élèves. A l’intérieur, la chaleur était insupportable. Il n’a jamais oublié. Il a grandi et s’est ensuite rendu à Berlin grâce à une bourse. Il ne connaissait pas un mot d’allemand, mais là, il est devenu charpentier et a ensuite obtenu son diplôme d’architecte à la prestigieuse Technische Universität. Avant même d’avoir terminé ses études, en 2001, et après avoir amassé suffisamment d’argent, il est retourné à Gando, sa maison, pour construire une école primaire où les enfants pourraient apprendre à lire et à écrire sans avoir trop chaud. C’est le premier bâtiment qu’il a conçu et pour lequel il a reçu le prix Aga Khan en 2004. « Pour moi, l’architecture est un défi, un moyen de résoudre des problèmes et d’apporter quelque chose à la société », dit souvent Kéré.

À vision sociale

L’engagement acquis auprès de son peuple ne s’est pas limité à la nouvelle école. Comme s’il était prédestiné – son prénom, Diébédo, signifie au Burkina Faso « celui qui vient arranger les choses » – Gando s’est transformé à travers l’approche d’architecture sociale qu’il applique à ses projets, basée sur l’existence d’une aération naturelle, l’utilisation de matériaux locaux et l’adaptation de solutions ancrées dans la culture de chaque lieu : il a fait l’agrandissement de l’école, d’un jardin et d’un puits, de logements pour les enseignants, d’un centre communautaire pour les femmes, d’une bibliothèque et d’un lycée devenus dans ce petit village africain l’un des centres de l’architecture contemporaine internationale. Dans cette conférence TED, il raconte lui-même comment il a appliqué ce qu’il avait appris au profit de l’endroit où il est né et a grandi :

L’argile est traditionnelle et moderne

Cette conférence s’intitule « Comment construire avec de l’argile… Et avec la communauté » et c’est pour une raison. Dans l’école de Gando, et dans d’autres de ses projets, Kéré utilise ce matériau comme principal élément de construction. Son idée est claire : partir des ressources et des techniques de l’architecture traditionnelle africaine et les mettre à jour pour réaliser des constructions durables sans avoir besoin de budgets faramineux. Il a dû convaincre le village que l’argile était moderne, et non du béton ou de l’aluminium, et pour leur montrer que la même vieille terre était un matériau fiable et durable, ensemble ils façonnèrent une brique de terre crue et ne la perdirent pas de vue pendant les cinq jours qu’ils l’ont gardée immergée dans un seau d’eau : quand ils l’ont finalement sortie et l’ont vue, solide et en parfait état, ils l’ont cru. « Le bâtiment que nous avons construit semblait moderne, mais il était fait de l’argile que mon peuple connaissait, seulement elle était utilisée d’une manière très différente », explique Kéré, qui a su rendre digne un matériau aussi humble en lui donnant expression et beauté.

Contre le déracinement constructif

C’est précisément l’une des clés du succès. Le Pritzker 2022 n’implique pas seulement un changement évident dans la trajectoire du prix lui-même, mettant en lumière un architecte capable de moderniser la tradition locale, par rapport à d’autres collègues professionnels qui construisent avec beaucoup plus de ressources. Il a également servi à placer l’architecture africaine contemporaine sur la scène mondiale, à rompre avec l’inertie du colonialisme sur le continent et à inciter les générations futures à ne plus copier l’architecture occidentale pour en finir avec le déracinement constructif et cette fausse idée de progrès illustré en Afrique dans ses villes chaotiques, construites au hasard, et dans des aberrations esthétiques comme tous ces immeubles aux façades pleines de climatiseurs.

Diversité architecturale et matériaux naturels

En fait, l’architecture africaine est un conglomérat de styles et de formes, elle réside dans les maisons elles-mêmes et dans la culture de leurs habitants. Les techniques de construction varient d’une région à l’autre car ce qui est utile à un endroit peut ne pas l’être à un autre. Ainsi, en Afrique, il existe des maisons en pisé recouvertes de paille, un matériau très étanche qui laisse également passer l’air. Aussi des maisons carrées ou rectangulaires avec des toits en pente dans les zones humides et des terrasses plates dans les zones sèches. D’autres s’ouvrent sur un patio intérieur. Certaines sont construites sur le roc. Parfois, elles sont circulaires, en forme de ruche ou de cône. L’architecture vernaculaire est très pratique et s’adapte à chaque région, son climat et les besoins de sa population. Quant aux matériaux, les plus utilisés sont, comme déjà mentionné, l’argile – bon marché, écologique et facile à obtenir – et l’adobe – une masse de boue mélangée à de la paille qui, moulée en forme de brique et séchée à l’air, est utilisée dans les murs -, mais il y a aussi le bois, le pisé et même le cacao qui, dans les régions où il est cultivé, est utilisé pour imperméabiliser les maisons et chasser les insectes.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de portal2africa (@portal2africa)

Nouvelle génération comme un pont

Cette architecture vernaculaire est à la base du travail d’une nouvelle génération de professionnels qui tentent de définir l’identité de l’architecture africaine actuelle et de démontrer qu’avec le design il est possible de changer la vie des gens pour la rendre meilleure, en incorporant dans leurs projets des formes de construction locale – plus durable économiquement et écologiquement, mieux intégrées dans l’environnement et ayant moins d’impact visuel – en les combinant avec une sensibilité plus contemporaine. En Afrique, une architecture sans architecte de référence a cédé la place à une autre qui les a déjà et, plus important encore, a créé une architecture avec une mission. Kéré est, sans aucun doute, l’une des figures les plus représentatives de ce mouvement, mais il y en a plus. Ce n’était qu’une question de temps avant que les nouveaux architectes africains ne commencent à protéger leur héritage, à le mettre à jour, à jeter un pont entre le monde rural, traditionnel et l’innovation.

La Bauhaus Africana

C’est le cas du collectif d’architectes MASS, un groupe de design né en 2010 qui travaille à changer le cours de l’architecture en Afrique. L’un de ses membres les plus éminents, le maître d’œuvre, est le rwandais Christian Benimana, qui a dû étudier à Shanghai (Chine) faute de facultés suffisamment formées aux enjeux constructifs et urbains du continent. Benimana est également revenu et, comme Kéré, il maintient intact son engagement à mettre son travail au service des besoins des gens. Ce n’est pas le seul. « Une nouvelle génération d’architectes africains est en train d’émerger. Ce mouvement est encore très jeune et travaille souvent dans l’ombre », a déclaré Benimana.

Pour cette raison, le groupe MASS a créé l’African Design Centre, un Bauhaus africain destiné à devenir une référence architecturale grâce à des projets innovants répartis dans des pays comme le Rwanda, le Libéria, le Gabon ou le Malawi et présentant des bâtiments construits avec une vision africaine et durable, des écoles conçues du point de vue des étudiants et des enseignants aux hôpitaux conçus du point de vue des malades. Cette école, située à Kigali, la capitale du Rwanda, a été créée, comme l’ancien Bauhaus, dans le but de trouver des solutions à des problèmes, tels que l’accès à un logement abordable pour la population locale, et avec l’idée centrale que le design permet de transformer des vies.

Et ils le mettent en pratique. MASS et l’African Design Center ont développé, dans ce sens, une philosophie qu’ils ont baptisée Lo-Fab, contraction de Locally Fabricated, c’est-à-dire fabriqué localement. Ils l’appliquent dans tous leurs projets et avec cela, ils entendent démontrer que la manière de construire et qui construit fait la différence et génère un certain impact. Ainsi, le groupe d’architectes et de designers dirigé par Benimana fonde son travail sur la combinaison de l’innovation et de la manière de faire africaine, avec la main-d’œuvre locale et l’utilisation de matériaux à zéro kilomètre dans leurs travaux.

Davantage de référents

Il y a des figures plus importantes parmi la nouvelle vague d’architectes en Afrique qui s’imposent comme une référence de modernité et d’excellence sans oublier leurs racines. Comme David Adjaye, né en Tanzanie, de parents ghanéens et basé à Londres, où il a son studio. Adjaye est l’un des architectes les plus recherchés au monde et avec le plus de projection, au niveau mondial et local, avec des œuvres reconnues dans l’hémisphère le plus développé de la planète (le Smithsonian National Museum of African American History and Culture, à Washington DC, inauguré par Obama en 2016 et le remodelage du Centre Nobel d’Oslo sont deux de ses œuvres les plus remarquables) et, en même temps, il connaît très bien sa patrie qu’il considère comme le lieu idéal pour l’innovation architecturale. « Je m’ennuie de la simplification de l’Afrique, de la réduction du continent à une série de clichés », a assuré Adjaye dans certaines interviews.

Mais ce mouvement de sauvetage du passé pour apprendre à construire l’avenir de l’Afrique ne serait pas complet sans ses architectes femmes, qui existent aussi, même si l’égalité des sexes n’est pas encore arrivée en terme de chiffres. Mariam Kamara, du Niger, est peut-être la plus en vue. Dans sa ville, la capitale Niamey, elle a son atelier, l’Atelier Mäsomï, et à partir de là, elle développe des projets avec lesquels elle récupère des techniques et des matériaux locaux et des formes ancestrales d’une conception contemporaine.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Design Indaba (@designindaba)

Elle a été partenaire professionnelle, avant la pandémie, de David Adjaye dans l’Initiative Artistique pour Mentors et Disciples (Rolex Mentor and Protégé Arts Initiative) de l’horloger suisse, un programme philanthropique bisannuel qui réunit depuis 2002 des professionnels confirmés du monde entier de diverses disciplines (cinéma, danse, musique, architecture) avec d’autres jeunes talents émergents pour les accompagner dans leur carrière et contribuer à la perpétuation du patrimoine artistique mondial. Tous deux ont imaginé un centre culturel à Niamey, un espace semi-ouvert construit à partir de matériaux locaux, dans lequel les femmes pourraient être libres de se promener comme les hommes, qui se fondrait dans la ville et serait à la fois une bibliothèque outdoor, galerie et point de rencontre.

Kamara est maintenant plongée dans le design et la création d’un nouveau musée et centre communautaire culturel dans un endroit du sud-ouest du Sénégal connu pour ses anciens mégalithes. L’établissement s’appellera Bët-bi, ce qui signifie « L’Œil », et ouvrira ses portes en 2025.

Pour elle et pour le reste des artisans africains de cette nouvelle vague, c’est un moment crucial. Ils ont la possibilité de créer un modèle différent pour leur continent, une architecture avec sa propre voix et sens, culturel et économique, adapté aux besoins de ses habitants. Comme le dit Francis Kéré lui-même sur le profil Instagram de son studio : « A la croisée de l’utopie et du pragmatisme, nous créons une architecture contemporaine qui nourrit l’imaginaire d’une vision afro-futuriste. »