Passez de la ville pour travailler à la ville pour vivre et profiter ! La planification urbaine a commencé à évoluer vers un urbanisme inclusif. Piétonisation, mobilité et durabilité sont les axes de ce milieu urbain aimable pour les enfants, les femmes et les personnes âgées. Nous présentons ici quelques exemples de villes qui ont opté pour le changement.

Barcelone, participative

L’un des piliers de l’urbanisme inclusif est la participation. Que les citoyens participent à l’aménagement du lieu où ils mènent leur vie, c’est la formule qui permettra de répondre et de satisfaire les besoins de chacun, sans tomber dans l’exclusion.

Barcelone en est un exemple. L’objectif : promouvoir un urbanisme inclusif pour construire une ville plus équitable et plus sûre. À cette fin, la Mairie a publié un Manual de urbanismo de la vida cotidiana (Manuel d’urbanisme de la vie quotidienne), un guide afin que cette ville réponde aux besoins des groupes les plus vulnérables tels que les femmes, les personnes âgées et les enfants. Ainsi, les citoyens interviennent dans la transformation de la mobilité, de l’espace public et des quartiers.

Vienne, féministe

Pour qui les villes sont-elles faites ? L’architecte Izaskun Chinchilla est claire : “ Nous vivons dans des villes conçues par et pour des hommes, entre 35 et 55 ans, qui conduisent et se rendent au travail avec leur voiture privée.”

Cela, cependant, est en train de changer en incluant la perspective de genre dans la planification urbaine. Faire des villes pour la citoyenne, la travailleuse et la femme soignante. L’urbanisme féministe a non seulement un impact sur une plus grande inclusion des femmes, mais étend également ses avantages au grand public, notamment aux enfants et aux personnes âgées.

Vienne en est un des exemples grâce à un projet qui a commencé dès 1991 avec l’ingénieure Eva Kail. L’objectif était de faire des rues des lieux de plaisir et de vie, et pas seulement des zones de passage.

L’amélioration de l’éclairage, des espaces verts, de la mobilité ou de la piétonnisation sont quelques-unes des réalisations qui ont fait de Vienne l’une des villes avec la meilleure qualité de vie.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Lluvia ciudad (@lluviaciudad)

Pontevedra, la ville des enfants

Si la productivité est la priorité en ville, quelle place reste-t-il pour les enfants ? C’est l’approche que fait le pédagogue Francisco Tonucci dans La ville des enfants . Il faut que les enfants redescendent dans la rue, qu’ils retrouvent leur droit de jouer, de vivre dans un environnement sûr et confortable où ils peuvent se déplacer en toute sécurité et vivre des expériences par eux-mêmes.

Un exemple : Pontevedra (lien vers article en espagnol). La piétonisation a éliminé pratiquement toutes les voitures du centre, 70 % des déplacements se font à pied ou à vélo, il y a des chemins scolaires sûrs, les enfants réoccupent leur espace.

Curitiba, la ville inclusive

Tout ce qui précède peut se conjuguer dans une seule ville : la ville brésilienne de Curitiba. L’architecte et urbaniste Jaime Lerner a entamé sa transformation après son arrivée à la mairie dans les années 1970.

Quels sont ses succès ? Il a éliminé les véhicules de la principale avenue commerçante de la ville, ce qui en fait la première rue piétonne du Brésil. Il a renoncé au métro pour concevoir un système de transport basé sur le bus rapide avec des arrêts tubulaires et qui a ensuite été mis en place dans tout le pays.

Lerner a permis la coexistence d’espaces verts : actuellement, Curitiba compte plus de 30 parcs et forêts, ce qui se traduit par 50 mètres carrés d’espace vert par habitant ! Et il a mis en place un système innovant de gestion des déchets impliquant des citoyens dès l’enfance.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Mais Curitiba (@mais.curitiba)

Vous souhaitez en savoir plus sur l’urbanisme inclusif ? Ne manquez pas notre prochain reportage plus en profondeur sur le sujet !