Nous avons discuté avec cinq professionnels venant d’univers différents (restauration, réalité virtuelle, architecture, création sonore et photographique) pour élaborer une réflexion commune sur le temps : l’intangible le plus précieux et la matière première de tout travail.

 

Capturer le temps, en faire quelque chose de mémorable, récupérer la mémoire du temps… La restauration, l’architecture et la création audiovisuelle sont des domaines qui abordent chaque jour ces questions de façon à donner du sens à leur activité. Nous avons profité de l’événement Conexión by Finsa: Espacios conectados por la madera pour donner la parole à cinq professionnels : le restaurateur José Santiso, le concepteur de réalité virtuelle Antonio V. García-Serrano, le photographe artistique Fuco Reyes, le théoricien du son et improvisateur LAR Legido et les architectes Fermín González Blanco et Luis Gil.

FINSA-ConexionByFinsa

Capturer le mouvement

« Nous n’aspirons pas à capturer un paysage ou une personne, nous aspirons à capter également le mouvement : voir le lieu et l’action » explique Antonio V. García-Serrano, concepteur de réalité virtuelle. « Nous voulons plus, pouvoir nous connecter avec tous nos sens, et cela est rendu possible grâce aux casques de réalité virtuelle et à l’expérience immersive », précise le créateur qui a participé à des projets de rénovation du panorama audiovisuel comme la série télévisée espagnole El Ministerio del Tiempo.

Du mouvement présent au futur, le photographe artistique Fuco Reyes préfère s’en tenir à ce qu’il connaît du phénomène visuel : « l’étude de l’empreinte laissée par un événement passé ». Reyes connecte la dendrochronologie (l’étude de la longévité des arbres par l’inspection des cernes des troncs coupés) à l’album de famille, objet sacralisé tombé en désuétude en raison de la fugacité des images à l’heure d’Internet et des réseaux sociaux. « Analyser notre chronologie, celle des éléments qui nous entourent comme les arbres, permet de comprendre notre présent et notre futur », déclare-t-il.

Conexion by Finsa Santiago

Artisans du temps

Défaire, faire et refaire. UnDo ReDo conserve l’essence de ce qui dépasse l’éternité. Luis Gil, fondateur du projet, explique que « le temps est la matière avec laquelle nous travaillons, nous les architectes ». Il poursuit en soulignant que la connaissance de techniques de construction et de restauration oubliées « permet de les remettre au goût du jour et de les rendre pérennes ». « Cet artisanat du temps », conclut-il, « vous permet de découvrir des pièces tombées dans l’oubli, ou des espaces qui, à force de travail, prennent un nouveau visage ».

Un autre artisan, l’architecte Fermín Blanco, renforce l’autonomisation des plus petits pendant les ateliers ludiques grâce au système Lupo. « Nous permettons l’émergence de nouvelles créations, que nos blocs de construction soient imprimés en 3D ou réalisés à partir de moules en adobe ». Il explique, de façon précise, que grâce à l’utilisation de matériaux tels que l’adobe, « l’occasion d’un échange intergénérationnel se présente lors d’ateliers, de telle sorte que des personnes d’âges différents se rencontrent autour du jouet et de l’apprentissage mutuel ».Conexion by Finsa LAR Legido

Le temps comme expérience

Le respect des instants de nature et la nature comme générateur d’instants. José Santiso, restaurateur d’O Fogar de Santiso, et LAR Legido, théoricien du son, partagent l’amour de la philosophie dans des secteurs différents. Tandis que pour Santiso, l’économie circulaire et la matière première constituent le point de départ de l’ensemble de son projet gastronomique 360º, LAR Legido recherche dans son enfance les liens avec le bois, en analysant les sons produits par les textures et les œuvres.

« La gastronomie fait partie de notre culture depuis la nuit des temps », évoque Santiso. Il rappelle également que cela fait 21 ans qu’il « met en pratique un mode de travail durable et en accord avec la planète » dans son projet de restauration. LAR Legido plante également son point de départ à la racine de l’origine, « avec les travaux, vous vous retrouvez à un moment exact de l’espace-temps où vous pouvez voir, construire, toucher et écouter. Mon obsession est de faire résonner ces moments », dit-il.

Pour vous, que représente le temps dans le cadre de votre métier ? Nous adorons ces débats ouverts rendus possibles par les événements de Conexión by Finsa. Le prochain aura lieu le 26 octobre à Valence, en Espagne, où des professionnels locaux de différents domaines discuteront d’autres questions en lien avec la créativité et la conception.