Noemí Cortizas, de nationalité espagnole et vivant en France, nous raconte qu’elle a trouvé l’équilibre lorsqu’elle a réussi à combiner sa facette d’ingénieure en mécanique avec sa passion du design pour les personnes, une combinaison qu’elle a trouvée dans le CMF (Couleurs, Matériaux, Finitions).

Quelle est la particularité du CMF ? Noemí Cortizas explique que cette discipline lui permet d’innover sur les matériaux, les couleurs et les finitions à travers son entreprise parisienne, Ydemarker, et son nouveau projet en Espagne, le Material Innovation Hub.

Cette designer de produits reste déterminée à prouver qu’il y a de la place pour l’innovation ! Elle le fait à travers son travail et son côté formation en collaboration avec l’Agence Galicienne d’Innovation. Aujourd’hui, nous nous CONNECTONS AVEC… Noemí Cortizas, pour tout découvrir sur son travail.

CMF : Couleurs, Matériaux, Finitions

Qu’est-ce que le CMF ?

C’est une discipline qui se développe depuis longtemps dans l’industrie automobile. Dans ce secteur, les designers CMF s’appellent Color & Trim et ce sont eux qui travaillent l’intérieur de la voiture, un habitacle où vous passez beaucoup de temps et qui doit être confortable et, en même temps, communiquer une marque.

C’est une spécialité hybride car il n’y a pas de formation spécifique. En CMF, j’ai rencontré des gens qui viennent du textile, de l’industrie, de la technologie des matériaux, des ingénieurs en mécanique… Car il ne s’agit pas seulement de comprendre les marchés de consommation qui vont venir, mais aussi d’avoir les bases scientifiques pour savoir comment fonctionnent les matériaux et être capable de mettre en œuvre ces idées. C’est un domaine qui mêle la partie la plus émotionnelle ou viscérale à la partie scientifique.

Le CMF est donc une discipline qui allie design, science et technologie ?

Exactement. Par exemple, une chose très importante pour le CMF est la couleur. Mais la couleur, selon le type de matériau, le procédé et l’application, peut être transférée à travers un vernis, une pigmentation interne du matériau, des combinaisons de pigments… Ce que l’on appelle le comportement physique du matériau.

Dans quelque chose qui peut sembler aussi dérisoire que le fait d’obtenir la couleur bleue, il y a toute une étude scientifique sur le matériau dans lequel cette couleur va être appliquée et comment elle va être appliquée pour qu’elle soit compatible avec son utilisation. Il existe des couleurs très difficiles à obtenir.

Cette partie de la recherche est-elle celle que vous aimez le plus ?

J’aime les deux choses. J’aime la partie mécanique, la partie la plus scientifique, la plus moléculaire, la plus innovante. La manière dont les choses fonctionnent. Et d’un autre côté, j’aime le CMF et le design, parce que vous concevez pour les gens. Votre résultat n’est pas quelque chose qui sera caché, mais provoquera une réaction lorsque la personne prendra votre produit dans ses mains. Vous avez développé une étude à partir d’une idée initiale, d’un accompagnement, du développement d’un processus de recherche et vous allez créer une réaction. Et cette réaction va être très variée. Vous créez des émotions, des liens émotionnels. C’est quelque chose de très intéressant.

Cette carte de Paris s’inscrit dans le cadre d’une recherche pour aboutir à un nouveau design haut de gamme et écologique pour l’éclairage automobile

Cultiver l’expérience sensorielle des marques

Avez-vous créé votre entreprise Ydemaker en raison de ce souci de recherche ?

Quand j’ai commencé à m’intéresser à ce domaine, en école de design, j’avais déjà analysé la partie scientifique des matériaux. J’avais commencé à entrer dans le monde de l’expérience sensorielle, alors j’ai demandé à mon professeur ce qui pouvait être fait dans ce domaine. Il m’a répondu que de la littérature, car il n’y avait rien de plus.

J’ai toujours aimé la question sensorielle et c’est un domaine que j’ai pu développer pendant mon séjour chez Roctool. J’ai travaillé pour les intérieurs de voitures et les cosmétiques de luxe. Ce sont deux mondes très différents et chacun a ses particularités. Grâce à la technologie Roctool, mon travail consistait à concrétiser les préoccupations exprimées par les marques. Il fallait comprendre cette vision, lui donner forme selon le CMF et ensuite, avec la technologie, voir comment y parvenir. Le design me marquait une feuille de route et j’appliquais les différents processus jusqu’à ce que j’obtienne un prototype.

J’ai toujours beaucoup aimé l’innovation, le design et aussi la partie scientifique, et quand j’ai découvert cela, j’ai adoré. Mais le COVID-19 est arrivé, il a fallu se réinventer et j’ai décidé de créer Ydemaker.

La technologie de Roctool a permis l’exploration de surfaces innovantes haut de gamme pour les emballages et le produit.

Et après Ydemaker est arrivé Material Innovation Hub. Comment est-ce apparu ?

L’Espagne est un pas en arrière en matière de matériaux, d’innovation, de couleurs et de techniques. C’est pourquoi nous avons créé le MIH avec les gens de Tattoo. On dit que la Galice doit être compétitive, mais ce n’est pas le cas. Ce qui m’a le plus frappé est le fait que, par exemple, dans la matériauthèque de Galice, il y avait des choses très intéressantes dont on ne tirait aucun profit. Il y a pourtant de la matière première, des idées et cela peut être extrapolé car ce besoin existe sur le marché.

Beaucoup de gens pensent que le design consiste à fabriquer des objets très complexes ou destinées à un musée. Et ce n’est pas le cas. Le design des matériaux et des finitions peut être d’une grande aide. Par exemple, les célèbres contrôleurs de console de jeu, dont il existe d’innombrables variétés : c’est une étude du CMF. Les couleurs et les pigments changent, mais le processus d’injection est le même. Avec un simple changement d’outillage, vous pouvez obtenir différentes déclinaisons d’un produit qui vous permettent d’atteindre différents marchés et différentes cibles de consommateurs.

Grâce au MIH, de nouveaux matériaux sont étudiés à partir du bois rejeté

Connexions avec le design

Le design est-il synonyme de luxe ?

Non. Le design est pour moi quelque chose qui offre des solutions à un marché existant d’une manière industriellement viable. Le design est fait par tout le monde. Quiconque envisage une solution viable conçoit un design. Le design n’est pas lié au luxe, il n’a pas besoin d’être cher. Il est simplement nécessaire.

Dans quelle mesure le design, en particulier le CMF, affecte-t-il la perception qu’un consommateur a d’un produit ?

Je vais donner un exemple. En parlant à un groupe de personnes qui développaient une étude de qualité perçue en France, ils m’ont dit que pour leurs clients dans le monde de la cosmétique, ils préparaient un nouveau packaging et le plaçaient à côté de produits concurrents.

Quand les gens entraient, ils contrôlaient où ils se tenaient et quelle direction ils prenaient. Et ils ont calculé le temps de réaction. S’ils pouvaient amener ces gens à le saisir, attirer leur attention et passer plus de temps avec leur produit que le reste, alors ils pensaient que c’était un bon packaging.

Cela démontre l’importance du CMF, car on parle simplement d’une réaction visuelle, des effets qui se produisent en quelques secondes.

En fin de compte, vous créez une connexion, mais dans quelle mesure le consommateur est-il conscient de ce fait ?

Ce n’est pas du tout conscient. Par exemple, dans le cas du toucher, si le produit est agréable au toucher ou non… Vous prenez un produit dans vos mains et, s’il a un toucher désagréable, vous le relâchez. Le monde de la cosmétique l’expose très bien. Chaque marque a un langage différent dans la forme et les finitions. Et il y en a qui peuvent avoir la même forme, mais lorsque vous prenez le produit dans vos mains, il y a quelque chose au toucher qui vous marque.

Quel est le processus jusqu’à ce que vous obteniez ce lien émotionnel ?

Je peux être confrontée à deux situations : un client qui sait clairement ce qu’il veut réaliser et un qui n’a pas une idée claire, mais qui veut améliorer ce qu’il fait déjà. Dans le premier cas, j’ai des objectifs clairs. Dans le second, je dois trouver moi-même mes objectifs. Là, viendrait une étude des tendances du marché, c’est-à-dire, identifier les aspects autour desquels évoluent les tendances de consommation et les traduire en une couleur, une finition, une matière, une forme… C’est la première étape.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Noemi Cortizas (@ydemaker)

D’un autre côté, je dois connaître les types de technologies industrielles qui me permettront d’atteindre plus facilement ces objectifs. Cela demande beaucoup de littérature, une connaissance de la mécanique industrielle, des technologies de fabrication, si de nouvelles choses sont en cours de développement… Il faut être en formation continue. Ensuite, je dois analyser quel type de matériau je vais utiliser, quel type de finition ou quel type de couleur. Et une fois que j’ai tout ça, je fais le premier essai.

C’est un processus itératif. J’identifie ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, je parle aux fournisseurs… C’est quelque chose de similaire à la direction artistique. Vous créez votre idée artistique puis gérez les différents acteurs pour obtenir le résultat que vous recherchez.

Cela m’est arrivé avec le projet Auchan Retail basé sur des matériaux fabriqués à partir de vêtements recyclés. Lorsque nous avons fait les tests, nous avons vu que les pièces étaient brûlées. Il y avait quelque chose qui clochait. Nous avons regardé la composition, différentes températures ont été vérifiées… C’est la partie test.

La même chose se produit avec un autre matériau, un bioplastique à base de marc de café, qui est très intéressant, mais a une très forte odeur de café. Nous pensons que c’est une odeur trop forte pour le client, nous devons donc l’optimiser pour voir comment nous pouvons la modifier.

Des vêtements usagés transformés en un nouveau matériau et en un nouveau produit, un tapis de souris d’ordinateur

De tout ce processus, quelle partie appréciez-vous le plus ?

Toutes. Je ne peux pas en garder une seule car je suis très transversale. Au début, je travaillais surtout dans le domaine de l’ingénierie et moins dans celui de la conception, et je me sentais un peu incomplète. Je ne peux pas garder l’un ou l’autre car les deux sont très importants. Disons que la partie la plus créative et la partie la plus scientifique du cerveau sont satisfaites.

La pandémie conditionnera-t-elle la discipline du CMF ?

Oui, les gens voudront acheter moins, mais de meilleure qualité. Et, surtout, plus durable. Là, il est très important d’essayer de créer des options qui soient vraiment durables. Un textile qui s’abîme en un an ne sera plus aussi valable. Vous devez essayer de trouver des alternatives. Et vous devez essayer de communiquer, car les gens vont devenir plus méfiants.

Matériaux

Où vont les tendances des matières, des couleurs et des finitions ? Quels sont les matériaux du futur ?

Nous nous dirigeons vers l’idée de durabilité et vers un produit le plus local possible, et aussi vers des matériaux circulaires, biodégradables et un matériau qui permet un contact ou une interaction en toute sécurité. L’entreprise qui peut créer un masque avec une meilleure ventilation ou des gants qui vous permettent de ressentir la chaleur humaine lorsque vous serrez la main de quelqu’un aura du succès.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Noemi Cortizas (@ydemaker)

De plus, quelque chose que je détecte à la hausse est le 3D virtuel, car les expériences virtuelles dans le retail sont très intéressantes. Le matériau du futur doit donc être durable, biodégradable et, aussi étrange que cela puisse paraître, virtuel.

Projets d’avenir

Quel est votre prochain projet ?

J’en ai beaucoup. D’une part, booster le MIH. Je voudrais développer ce travail de formation en Galice pour que les entreprises parient sur de nouveaux matériaux, de nouvelles options, car beaucoup de choses peuvent être faites. Il suffit de poser les bonnes questions et, à partir de là, d’évaluer le chemin. Je souhaite réaliser ce travail de communication et d’accompagnement auprès des entreprises pour qu’elles n’aient plus peur. Vous pouvez innover. Vous pouvez créer. Et c’est ce que nous voulons essayer à travers le Material Innovation Hub.

Je teste par ailleurs en Galice, avec une université galicienne, et aussi avec un fabricant français, un matériau qui, si les prototypes se passent bien, fera du bruit sur le marché du luxe.

Cette partie sur l’éducation aux matériaux et au CMF, et la création de nouveaux projets, c’est ce sur quoi je me concentre. Faire connaître Ydemaker et MIH à travers des projets intéressants et la création de nouveaux matériaux pour différentes applications.

Vous parliez de littérature. Que recommanderiez-vous ?

Cela va sembler un peu bizarre aux designers. Je recommanderais des articles scientifiques, un peu de science ou de physique, parce que l’une des questions importantes est de savoir de quels éléments vous disposez. C’est comme un couteau suisse. Si vous ne connaissez pas tous les couteaux que vous pouvez utiliser et comment ils fonctionnent, vous allez les utiliser à 20 %. Pour en tirer le meilleur parti, il faut chercher plus loin et en savoir un peu plus sur tous. Et pas seulement des articles scientifiques, la presse générale également. À tout moment, vous pouvez lire quelque chose qui vous invite à réfléchir. L’une des choses que j’ai apprises est que, dans ce domaine, il faut avoir l’esprit ouvert et ne se fermer à rien.

Avez-vous une référence, quelqu’un avec qui vous vous connectez en particulier ?

Hormis le célèbre créateur de Nokia, qui a été celui qui a eu l’idée de fabriquer des coques par injection en changeant les couleurs et a connu un énorme succès, je ne pourrais pas donner de référence. Il y a beaucoup de designers qui retiennent mon attention, comme Dieter Rams ou James Dyson, car à l’époque ils étaient innovants en pensant différemment, ils ont donné une autre tournure à ce qui existait déjà, ce qui est en quelque sorte ce que j’aime. J’aime me creuser les méninges pour donner une autre tournure à ce qui existe déjà.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies