Le vieillissement de la population, dû à l’augmentation de l’espérance de vie, est une tendance mondiale inéluctable et imparable. Nous devons apprendre à vivre avec la dépendance et l’idéal est que les lieux que nous habitons y soient également préparés. En 2050, 16 % de la population mondiale aura plus de 65 ans, selon un récent rapport des Nations Unies.

Appartements avec services, logement communautaire, cohousing, colocation… Il existe différentes formules qui se consolident au-delà des résidences classiques pour personnes âgées qui, par ailleurs, ont été si vulnérables face à une pandémie comme le coronavirus.

Cohousing en Hollande. UNSPLASH

Des résidences plus petites

Le Covid-19 n’a fait qu’accélérer une tendance qui résonne fortement depuis quelques années et qui est déjà une réalité dans les pays nordiques : un nouveau modèle de résidence plus petite pour les personnes âgées, dans les zones où elles ont vécu, suivant les principes de l’architecture saine, avec des éléments qui les aident à conserver leur autonomie et plus proche d’un foyer.

« L’idée est que vous pouvez avoir une vieillesse dans les conditions les plus similaires à celles que vous avez vécues toute votre vie », explique l’architecte Rita Gasalla de la Asociación de Profesionales de Relaciones Institucionales (APRI) à La Vanguardia. Pour cette raison, elle soutient que les nouvelles résidences doivent être beaucoup plus petites et basées sur deux principes : la taille et le lieu où elles se trouvent. « Les gens, lorsqu’ils se trouvent dans des lieux immenses et impersonnels, ont tendance à voir leur qualité de vie se détériorer. Nous aimons tous vivre de la manière la plus similaire à celle de notre vie en famille », affirme-t-elle.

Adaptation du logement

L’architecte Oscar Miguel Ares suit les mêmes critères. Il entreprend la réhabilitation d’un quartier de La Pinilla à San Andrés del Rabanedo, à León, afin que ses habitants (30 % ont plus de 75 ans) puissent rester chez eux, dans leur quartier, dans leur environnement.

Projet de réhabilitation de La Pinilla à San Andrés del Rabanedo (León)

Le projet implique la réforme de 500 maisons et est promu par la Junta de Castilla y León pour couvrir un besoin actuel tel que prendre soin des personnes âgées et adapter leur habitat urbain traditionnel, en utilisant la réhabilitation et la régénération urbaine. Cette décision vise à offrir une vieillesse en bonne santé à ses résidents en réduisant les coûts sociaux et économiques liés à la création d’infrastructures résidentielles adaptées à leurs besoins.

« 93 % de nos aînés veulent rester chez eux. C’est quelque chose dont nous devons tenir compte car leur vie est dans leurs objets et dans leurs espaces. » a déclaré Ares lors du II Diálogo digital Finsa & Tectónica.

Sensoriellement accessible

Pour Ares, la maison d’une personne âgée doit être fragmentée, avoir de la lumière, avec un espace pour abriter les objets qui composent sa mémoire et surtout elle doit être sensoriellement accessible.

Comme il l’explique, les personnes âgées souffrent non seulement de handicaps de mobilité, mais également de handicaps sensoriels, et l’architecture peut aider à stimuler par la couleur, la lumière, le toucher, l’espace et rendre les gens plus autonomes.

Justement, l’architecte Berta Brusilovsky, spécialisée dans « l’accessibilité cognitive », a imaginé un ensemble de supports (couleurs, formes et éclairage) qui aident les personnes atteintes de démence ou de Parkinson à s’orienter dans un bâtiment.

Soutien à l’orientation spatiale selon la méthodologie « d’accessibilité cognitive ».

Lors d’une conversation avec El País, elle a donné l’exemple suivant : « Le nombre est la dernière chose que l’on perd, neurologiquement parlant. Le patient peut ne pas savoir comment compter les doigts de la main, mais il reconnaîtra le nombre s’il est peint. Cela nous sert à guider le parcours d’un côté à l’autre de la propriété et à marquer les usages des différentes pièces », explique la spécialiste. « Cela crée une belle sensation de contrôle et d’autonomie », ajoute-t-elle.

Unités de cohabitation

De son côté, Marc Trepat, associé fondateur de Batllori & Trepat Arquitectes, cabinet spécialisé en architecture pour personnes dépendantes, souligne également qu’une infrastructure pour personne âgée doit être ce qui se rapproche le plus d’un logement, mais indique qu’un changement du modèle de résidence dominant n’est pas une nécessité sinon une adaptation : répartir la résidence par unités d’habitation aussi petites que possible mais économiquement viables. « Non seulement parce que c’est la solution qui permet de mieux prendre en charge les personnes âgées, mais parce que, en même temps, elle permet de générer une sectorisation entre les espaces, ce qui contribue grandement au confinement pour éviter la contagion lors des pandémies comme celle que nous vivons », explique-t-il.

Vue aérienne de l’un des derniers projets réalisés par Batllori & Trepat Arquitectes

Les grandes résidences avec différents types d’unités permettent de desservir tous les types de personnes âgées à travers le modèle de « soins centrés sur la personne » dans des espaces accueillants, calmes et agréables.

Pour ce faire, Trepat prône des matériaux qui apportent de la chaleur comme le bois, des couleurs chaudes, une lumière naturelle et des contrastes bien pensés. « Vous devez rechercher un contraste d’au moins 30 % de la réflexion de la lumière entre le sol et les matériaux du mur. Cela aide les personnes ayant des difficultés de vision à identifier la fin du sol et le début du mur, évitant ainsi les chocs et les chutes ».

Vue extérieure de l’un des derniers projets réalisés par Batllori & Trepat Arquitectes

Réduire les stimuli négatifs

Pour la même raison, il est également favorable d’éviter les tons trop pastel, car ils se ressemblent beaucoup. « Le traitement de la couleur doit être effectué de manière contrastée mais sans stridence », affirme-t-il et il souligne l’importance de réduire les stimuli négatifs tels que le bruit, l’obscurité, l’excès de lumière ou le désordre par la conception architecturale.

« Pour éviter d’aggraver cette agitation, il est très important de réduire les stimuli négatifs et d’augmenter les stimuli positifs, comme offrir un espace domestique avec vue sur un beau jardin ou sur la mer. Des pièces silencieuses et ordonnées avec lumière naturelle sont essentielles et dans ce sens, les revêtements muraux, les sols et le traitement du conditionnement acoustique sont décisifs », déclare Trepat.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies