Est-il déjà arrivé que le noir cesse d’être à la mode ? Cette « non couleur » est une base essentielle dans n’importe quelle garde-robe digne de ce nom, et elle le devient aussi de plus en plus dans le domaine de l’architecture et de la décoration d’intérieur. Shutterstock le signale déjà dans son rapport sur les tendances à la hausse en 2020 : avec une augmentation de près de 2000 % des recherches pour ce terme, un nouveau règne du noir débute.

De l’élégance au mystère

Le noir est une couleur à la symbolique très large, capable d’éveiller des sentiments différents voire contradictoires. Dans la mode, elle est associée à l’élégance et à la sophistication – la petite robe noire ne peut manquer dans aucune garde-robe – mais aussi à la sobriété ou au pouvoir, et même à la contre-culture – les beats, les motards ou les gothiques y fondent leur esthétique -.

Cette couleur a également un certain côté magique et mystérieux. Associée à l’inconnu, dans de nombreuses cultures anciennes, elle symbolisait la mort ou les enfers, avant de représenter le mal pour le christianisme. Au sein du nouvel intérêt pour l’occulte et le spirituel, de l’astrologie à la chiromancie, il existe également une ligne de design dominée par le noir, avec des illustrations inspirées par des images magiques et cosmiques, où l’obscurité domine.

Sans crainte du total black dans la décoration

Les designers apprécient le contraste du noir pour créer de puissantes expériences visuelles. Dans le monde du design d’intérieur, cela se traduit par l’intégration de motifs et de textures qui en améliorent la profondeur et enrichissent sensoriellement les espaces, à travers les surfaces : panneaux décoratifs texturés avec des formes linéaires et géométriques ; les pierres naturelles, telles que les marbres noirs ; carreaux de porcelaine ; bois laqué…

Associé à l’élégance sophistiquée et la modernité, le noir est une couleur classique qui ne se démode jamais. Après quelques années de maîtrise des tons froids et clairs du design scandinave, le japandi l’enrichit de tons plus profonds et le noir se faufile déjà jusqu’aux chambres des enfants, à travers la peinture ardoise, qui permet aux plus petits d’exprimer leur créativité. Le noir apparaît aussi comme la couleur dominante sur les grandes superficies, les murs ou les sols, quelque chose d’impensable il y a encore quelques années. Le fait d’être une couleur achromatique permet d’être traité comme un neutre, ce qui permet de le combiner avec presque toutes les autres couleurs, de la gamme pastel aux couleurs plus intenses.

Les cuisines sont l’un des espaces où cette nouvelle tendance a le plus d’influence. Bien que le blanc soit toujours préféré pour l’habiller, ceux qui sont à la page misent sur des meubles en noir mat, avec des revêtements en marbre ou en carrelage noir. Certains visent même le total black, mais il peut également être combiné avec des appareils et accessoires en acier inoxydable, ou avec des éléments en bois naturel.

Yakisugi : le bois brûlé japonais

Au carrefour de cette tendance couleur et de l’engagement croissant pour la durabilité, une solution d’inspiration orientale apparaît : le yakisugi. Cette technique ancestrale japonaise, également connue sous le nom de shou sugi ban, consiste à brûler la couche extérieure du bois afin d’augmenter sa durabilité, ce qui lui donne une teinte sombre. Il doit son nom au fait qu’il était traditionnellement fabriqué avec du bois de sugi (cèdre japonais). Le feu le protège des attaques de champignons ou de micro-organismes et des intempéries. Par conséquent, bien que nous puissions le trouver à l’intérieur ou dans des meubles, ses applications les plus importantes sont à l’extérieur.

Le bois yakisugi sera d’autant plus noir qu’il sera carbonisé. Le temps de combustion, ainsi que d’autres facteurs tels que le niveau de brossage ou le traitement ultérieur appliqué – huiles ou vernis – se traduira par une grande variété de nuances et de textures : du noir profond et la texture reptile du suyaki au plus doux du gendai, où le brossage élimine le carbone et éclaircit le ton.

https://www.instagram.com/p/B2U-ImKAQw_/?utm_source=ig_web_copy_link

Au Japon, nous pouvons voir son emploi dans des maisons traditionnelles et des temples centenaires, comme le Ginkaku-ji de Kyoto. Mais le cas le plus évident est sans aucun doute la pagode à cinq étages de l’Horyu-ji de Nara, l’un des plus anciens bâtiments en bois du monde, construit il y a plus de treize siècles.

https://www.instagram.com/p/B8vtgrsg634/?utm_source=ig_web_copy_link

Yakisugi dans l’architecture contemporaine

À présent, la technique s’est étendue bien au-delà des frontières japonaises et est de plus en plus populaire, mais ce sont les architectes japonais contemporains qui ont récupéré le yakisugi pour le nouveau siècle. Parmi eux, Terunobu Fujimori se distingue comme l’un de ses plus grands défenseurs et diffuseurs. Professeur d’Histoire de l’Architecture à l’Université de Tokyo, Fujimori a cherché l’inspiration dans le Japon ancien. Il brûle lui-même le bois selon la méthode traditionnelle, consistant à assembler trois planches de bois formant un prisme et à introduire le feu à l’intérieur. Parmi ses œuvres les plus remarquables, il y a la Yakisugi House et ses maisons de thé excentriques.

L’association de la finition attrayante du bois brûlé, de son caractère durable et de son composant fait main a conquis les architectes occidentaux. Aux États-Unis, il est principalement utilisé dans des maisons telles que la Shou Sugi Ban House dans la Silicon Valley, la Chilmark House de Martha’s Vineyard ou la Soot House de Anthony Esteves, construites à la main par lui-même. Au Canada, l’un des meilleurs exemples est la façade du magasin de vêtements suédois COS à Toronto, où le matériau lui permet de se démarquer de ses voisins dans la principale rue marchande de la ville.

En Europe, nous pouvons apprécier des œuvres comme Black Barn, conçue par le Studio Bark dans le Suffolk, qui nous rappellent les bâtiments agricoles locaux et recouverts de pierre combinés avec du yakisugi ; la Villa Meijendel de VVKH Architecten aux Pays-Bas, où la façade en bois brûlé semble changer avec la lumière ; ou l’Auditorium du campus Garching de l’Université de Munich.

https://www.instagram.com/p/B7raVeHAQ_7/?utm_source=ig_web_copy_link