Vous avez sûrement tous vu des centaines d’images du tapis rouge du Met Gala de cette année, sur lesquelles dominent les extravagantes tenues qui se conforment à la thématique camp, mais l’héritage du camp ne s’est pas limité à la mode. Cinéma, musique, littérature et, bien sûr, design d’intérieur accueillent à bras ouverts ce mouvement esthétique décalé, ostentatoire mais, surtout, amusant. Même un génie comme Dalí n’a pas pu résister…

Canapé Mae West Lips by Salvador Dalí

Hommage à la provocatrice diva d’Hollywood, Mae West, ce canapé en forme de lèvres a été conçu par le génie du surréalisme Salvador Dalí dans les années 30 pour la maison de campagne d’Edward James, un paradis du domaine du camp, rempli d’intérieurs surréalistes. Nous pouvons actuellement le voir dans le Victoria & Albert Museum londonien.

estética camp
Le canapé de Mae West Lips, en forme de lèvres, conçu par Dalí.

L’appartement de Carlos de Beistegui aux Champs-Élysées 

Si Susan Sontag a défini le terme camp comme « l’esprit de l’extravagance », l’un des meilleurs représentants serait le millionnaire Carlos de Beistegui. Ce dandy du XIXème siècle a dédié sa vie à la décoration d’intérieur, avec une approche ironique et théâtrale très camp. L’un des exemples les plus célèbres est son appartement sur les Champs-Élysées à Paris, conçu par Le Corbusier. Mais c’est Salvador Dalí qui s’est occupé de l’aménagement paysager de la terrasse qui incluait un mobilier dépourvu de sens et des éléments extraits de ses tableaux. Un authentique postmodernisme camp.

La terrasse de l’appartement de Carlos de Beistegui à Paris

Up by Gaetano Pesce

En 1969, le public du Salon du Mobilier de Milan a été surpris de découvrir le fauteuil Up de Gaetano Pesce pour B&B Italia. En 2019, quand ont eu lieu les 50 ans de ce fauteuil Up, il a réitéré l’expérience, en se heurtant à une version XL, en pleine Piazza del Duomo. Ses formes sinueuses et le style ottoman enchaîné accentuent sa touche camp avec ces dimensions incroyables.

Installation avec le canapé Up de Gaetano Pesce en version XL. Photo : Dezeen, Matteo Piazza.

Le rococo et les lampes Tiffany

Les objets décoratifs rococo du XIXème siècle et les lampes Tiffany des années 20 sont quelques-uns des objets qui seront probablement présents dans une décoration d’intérieur à la vocation camp. Même si, à l’époque, ils étaient considérés comme étant le sommet du bon goût et de l’élégance, de nos jours, le camp les accueille, tout en valorisant leur exubérance.  Lámpara Tiffany. Foto: christies.com

Lampe Tiffany. Photo : christies.com.

Le « minimalisme » du Groupe Memphis

On a dit que son style était « un mariage forcé entre la Bauhaus et Fisher-Price« . Existe-t-il quelque chose de plus camp que cela ? Fondé dans les années 80 par Ettore Sottsass, ce collectif de designers a oublié le fonctionnalisme et a conçu du mobilier et des objets où l’esthétique est la priorité. Vous le reconnaîtrez grâce à ses couleurs criardes et ses patrons géométriques, dans un esprit ludique et amusant. Parmi ses fans se trouvent des personnalités elles-mêmes camp, comme David Bowie ou Karl Lagerfeld.

El sofá-ring diseñado por Masanori Umeda, miembro del Memphis Group. Foto: memphis-milano.com
Le Ring de Boxe conçu par Masanori Umeda, membre du Groupe Memphis. Photo : memphis-milano.com.

D’autres exemples vous viennent-ils en tête ?

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies