Chez 21SPACES, basé à Dublin et à Londres, aucun projet n’est mineur et dans chacune de leurs commandes, ils déversent toute la créativité, l’excellence du design et la capacité d’innovation qui les caractérisent depuis l’ouverture de leur studio il y a vingt ans. Ne rien négliger est une de leurs maximes en matière de travail.

« Les moindres détails sont tout aussi importants que la grande idée », déclare Emma McNickle, architecte d’intérieur senior de la société irlandaise. Spécialisés dans les secteurs de vente au détail et de l’hôtellerie – avec un portefeuille varié : des bureaux, restaurants et cafés, des logements étudiants, hôtels, boutiques et spas – ils cherchent toujours à créer des solutions de design personnalisées, adaptées à chaque client, et à rendre l’expérience client parfaite dans chaque espace créé.

Emma McNickle, qui représentait l’entreprise à Madrid en avril dernier au salon Rebuild, pointe du doigt la crise climatique et l’augmentation du coût des matériaux et du carburant — en raison du covid, du Brexit et maintenant de la guerre en Russie et Ukraine — comme deux des défis majeurs auxquels le secteur est confronté. La durabilité, ajoute-t-elle, est la seule voie possible : « C’est difficile, mais je pense qu’arriver à un point où les matériaux et les bâtiments peuvent vraiment être réutilisés et recyclés est essentiel. »

Chez Connections by Finsa, nous en parlons avec la designer et aussi de bien d’autres sujets.

Vous décrivez votre travail comme pluridisciplinaire. Cela, dites-vous, est la clé de votre succès. L’éclectisme renforce-t-il la créativité ? D’où viennent les idées de vos projets ? Qu’est-ce qui vous inspire ?

Bien sûr. Nous avons la chance que l’inspiration puisse être trouvée de plusieurs façons et souvent dans des endroits inattendus. C’est un cliché, mais je trouve que le retour à la nature est souvent source d’inspiration, que ce soit la forme d’un galet ou les nuances de couleurs dans un jardin. Lorsque je suis dans les grandes villes, je visite souvent de nouveaux hôtels pour manger un morceau afin de pouvoir m’imprégner de l’ambiance et des détails de conception de l’espace. Des visites périodiques d’expositions permettent aussi d’élargir les horizons et de découvrir de nouvelles façons de penser.

Le client est au cœur de vos projets, qui sont sur mesure et basés sur une connaissance approfondie de chacun d’entre eux et du contexte social et culturel. Est-il difficile de comprendre les besoins et les attentes de chacun ? Comment abordez-vous chaque travail ?

Des rapports détaillés sont essentiels pour comprendre les besoins et les attentes de nos clients. Nous les aidons souvent à rédiger le briefing en faisant du brainstorming, des études de marché et en étudiant des projets antérieurs. Connaître le client, les valeurs de son entreprise et ses aspirations pour l’avenir est essentiel au début de chaque projet.

Spécialistes de la vente au détail et de l’hôtellerie, votre portefeuille de clients est diversifié. Énormément. D’une parfumerie ou d’un spa à un fish & chips, un hôtel ou les bureaux d’un grand stade. Pas de petit projet ? L’échelle vous influence-t-elle dans une certaine mesure ?

Nous avons toujours aimé travailler à différentes échelles, mais nous vivons dans l’idée que les moindres détails sont tout aussi importants que la grande idée, quelle que soit la taille du projet. Par exemple, si le contexte général d’un hôtel ou d’un complexe immobilier est essentiel, la façon dont l’utilisateur perçoit les plus petits détails, comme la courbe d’une balustrade ou l’ergonomie d’une chaise, est tout aussi importante pour le studio. Ce sont les points de contact avec lesquels l’utilisateur interagit au quotidien et qui constituent son expérience du bâtiment.

Vous avez l’air de designers tout-terrain auxquels rien ne résiste. Votre travail est-il multidisciplinaire parce que c’est ainsi que vous l’abordez ou êtes-vous devenus un studio multidisciplinaire en acceptant des projets aussi variés ?

C’est probablement un peu des deux. Au studio, nous avons des designers ayant une formation en intérieur, en architecture, en design de produits et en beaux-arts, afin que chacun apporte quelque chose de différent. Il y a aussi de nombreux apprentissages qui peuvent être portés d’un projet à l’autre. Qu’il s’agisse de la performance d’un certain matériau dans un hôtel ou de la profondeur d’un siège de banquet dans un restaurant, tout cela peut être appliqué à de futurs projets.

Vous créez également des marques. Par exemple, celle d’une entreprise de churros. Qu’est-ce qui vous interpelle dans ce genre de mission ? Le processus de création est-il le même qu’en architecture d’intérieur ?

Pour que le résultat final soit satisfaisant, il faut que la marque et l’intérieur fonctionnent parfaitement ensemble. Notre objectif est de créer un récit et une identité qui soient convaincants pour l’espace afin que les deux aillent de pair.

Vous travaillez en Europe, mais aussi sur d’autres continents. Existe-t-il des différences lors de la création ou de la matérialisation d’un projet ?

Le processus de création est généralement le même, que nous concevions en Europe ou à l’étranger. Ce sont les cultures, les contextes et les clients différents qui rendent ces projets si passionnants. Travailler dans un autre pays nous donne aussi l’opportunité de rencontrer de nouveaux matériaux ou de nouvelles personnes. Faire un voyage au début du projet et s’immerger dans la culture locale est sans aucun doute l’un des avantages. Lorsqu’il s’agit de réaliser un projet à l’étranger, nous travaillons souvent avec un architecte exécutif qui est dans le pays. Cet architecte peut nous conseiller sur les réglementations locales en matière de construction et visiter régulièrement les installations une fois les travaux en cours. De plus, il saura parler la langue locale, ce qui est essentiel.

Selon vous, quels grands défis nous attendent dans les années à venir en matière d’architecture et de design d’intérieur ?

La crise climatique est probablement l’un des plus grands défis auxquels l’industrie de l’architecture et du design sera confrontée dans les années à venir. L’augmentation du coût des matériaux et du carburant due au Brexit, puis au covid puis au conflit russo-ukrainien a eu un grand impact et a affecté les projets à toutes les étapes du processus. L’augmentation de la demande de logements abordables et sûrs continue d’être un sujet brûlant dans le secteur et est devenu encore plus tendu en raison des événements des deux dernières années.

Comment pensez-vous que la pandémie de coronavirus a influencé la conception des espaces ? Sont-ils déjà plus ouverts, flexibles et multifonctionnels ?

Avant même la pandémie, les espaces que nous concevions étaient déjà ouverts, flexibles et multifonctionnels. Après la pandémie, je pense qu’il s’agit davantage de mélanger les mondes numérique et physique, d’encourager l’interaction humaine et ces moments de sérendipité qui nous ont manqué depuis si longtemps.

Et concernant les matériaux, quel rôle joue le bois dans les projets et travaux que vous abordez ? Êtes-vous surpris par les solutions technologiques et les finitions obtenues avec ce matériau ?

Le bois fait partie intégrante de nos projets. C’est une ressource naturelle très polyvalente et résistante qui apporte chaleur, texture et tactilité aux espaces. Il est intéressant de voir les avancées technologiques du CLT et comment son utilisation dans les immeubles de grande hauteur est aujourd’hui envisagée.

Un bâtiment vraiment durable est-il possible ? La connexion design-nature est-elle une des clés pour y parvenir ?

C’est difficile, mais je pense qu’il est essentiel d’arriver à un point où les matériaux et les bâtiments peuvent être réutilisés et recyclés. Nous pouvons apprendre à le faire en étudiant les processus de la nature et leur approche cyclique. Attirer l’attention sur la réutilisation adaptative des bâtiments et rechercher des matériaux à faible empreinte carbone et disponibles localement aura un impact important. Pour qu’un bâtiment soit vraiment durable, il doit aller au-delà de sa construction et prendre en compte la façon dont l’utilisateur interagira avec celui-ci maintenant et dans les années à venir.