Ricardo Tubío et Xabier Rilo sont designers industriels. Ensemble, ils forment Cenlitrosmetrocadrado, un studio à orientation humaniste, qui aborde le design d’un point de vue fonctionnel sous tous ses aspects (pratique, émotionnel, social …). Conception de produit, espaces, graphisme… Rien n’échappe à leur champ d’action.

Avec quels sujets vous sentez-vous le plus à l’aise pour travailler ?

Chez Cenlitrosmetrocadrado, nous acceptons des missions de natures très différentes, car nous considérons le design comme une discipline transversale capable de résoudre divers problèmes quelle que soit leur origine, et la manière de les aborder est très similaire.

Nous passons par le tamis de la conception des produits, car c’est la zone où nous nous sentons à l’aise et qui définit notre système de travail. En design graphique, nous essayons de transmettre cette composante objective en développant des concepts tridimensionnels ou à travers des volumes. Dans le design d’espace, nous construisons à partir de meubles, essayant de nous assurer que tous les objets nés du projet sont en harmonie et racontent une histoire basée sur le contenu, pas sur le conteneur.

Pour Exenta, le projet d’équipement de la résidence des créateurs de Cuarto Pexigo, notre façon de comprendre l’espace se matérialise : il est construit à partir de meubles multifonctionnels qui se trouvent dans ce conteneur mais pourraient être dans n’importe quel autre, et l’espace continue à être le même. Il s’agissait de synthétiser avec le minimum de pièces toutes les fonctions qui pouvaient être générées, aussi bien dans le domaine domestique que professionnel, et d’apporter une solution. C’est une évolution par rapport à Global Refuge, qui a jeté les bases fondamentales et originales de ce qui est nécessaire pour la maison.

Quelle partie du processus créatif appréciez-vous le plus ?

Toutes les phases appartiennent à un processus continu et toutes sont pertinentes. Il se peut que la partie la plus primitive, où le concept et le discours sont générés, soit celle qui a le plus de force et qui guide tout le processus. Cette partie du travail de l’âme du projet est très importante dans notre travail et c’est ce que les gens perçoivent.

Nous travaillons toujours suivant deux axes. Un plus fonctionnel, qui répond aux exigences techniques et à des questions plus objectives, et un plus métaphysique, centré sur ce que les pièces elles-mêmes véhiculent. Ces axes servent de guide tout au long du travail, tandis que nous définissons le produit final. Il est donc difficile de choisir une phase, car vous n’avez jamais vraiment fini de concevoir : le design est un processus continu.

Quel serait le projet de vos rêves ?

C’est toujours celui à venir, mais pour préciser nous aimerions créer un produit conçu pour une production plus industrialisée. Ce que nous avons conçu jusqu’à présent, à l’exception de cas spécifiques, sont des projets uniques. Il est également vrai qu’ils naissent sans intention d’aller plus loin, ce qui nous permet de les travailler de manière plus artisanale lors de leur production, et cela conditionne également le projet. Il serait intéressant d’avoir un projet de plus grande envergure, qui pourrait toucher plus de gens. C’est un effort pour faire un produit comme une pièce unique et cela pourrait être lu presque comme quelque chose d’élitiste, quand nous, nous pensons au contraire : ce design doit être une discipline accessible qui est utilisée comme un outil pour répondre aux besoins spécifiques de la société et au plus grand nombre.

Vous êtes les auteurs de Global Refuge, un montage qui retrace le concept de maison conçu il y a trois ans pour Casa Decor. Comment revisitez-vous ce projet en période de coronavirus et de confinement ?

La réflexion qui a fait naître ce projet n’est pas très différente de la situation dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Nous développons le travail à domicile maintenant, et à la fin, vous gardez les pièces qui vous aident à vivre au quotidien dans la partie la plus domestique et vous devez également avoir une série de choses qui vous facilitent la réalisation du travail professionnel. Dans nos maisons, je ne sais pas si nous l’avons déjà fait à cause d’une déformation professionnelle. Nous essayons d’avoir une maison avec des pièces d’habitabilité minimales et que les pièces soient multifonctionnelles et abritent diverses actions.

 

Quel est le poids de la maison aujourd’hui ?

Beaucoup, pour ne pas dire tout. C’est le noyau, car c’est là que vous passez le plus de temps et avec les personnes que vous choisissez. C’est une extension de la personne, un endroit où il faut se retrouver à l’aise, car on y passe de nombreuses heures.

À quelles introspections la situation actuelle de pandémie mondiale vous mène-t-elle ? Quelle réflexion peut-on extraire sur la perception de l’espace ?

Notre perception n’a pas changé. Nous essayons de faire un design rationaliste où tout a une base et répond à une série de besoins. Nous ne laissons aucune place au superflu et au banal : ce qui existe existe parce qu’il doit exister et tout a sa fonction, qu’elle soit pratique ou émotionnelle. Ensuite, nous calibrons quelle est la part de chaque élément dans la recherche de l’équilibre de l’ensemble. Dans la situation actuelle, vous vous rendez compte qu’il y a beaucoup de choses superflues, qui ne contribuent qu’à exprimer un certain statut devant les autres.

Une citation qui définit très bien le monde dans lequel nous vivons dit que nous passons notre vie à travailler pour gagner de l’argent pour acheter des choses dont nous n’avons pas besoin et impressionner les gens dont nous ne nous soucions pas (Lawrence J. Peter). Nous pensons qu’il est essentiel que les éléments de l’espace contribuent à quelque chose et qu’il doit y avoir cette composante fonctionnelle, pratique ou émotionnelle.

 Avec quels designers ou créatifs vous connectez-vous ?

Avec tous ceux dont la façon de penser s’approche de la nôtre : Tomás Alonso, les frères Bouroullec, Jasper Morrison, Naoto Fukasawa… Des professionnels qui comprennent que le design est un outil pour répondre à une série d’exigences, où il est l’objet – et pas le créateur – qui doit s’exprimer, face à ceux qui cherchent la répercussion, peu importe que la réflexion derrière le travail soit plus ou moins correcte.

Mais nous nous connectons également avec des entreprises telles que la nordique Carl Hansen ou les japonais Muji et Maruni, qui prennent grand soin du processus de production et des travailleurs. Parce qu’il est important de garder à l’esprit que derrière les objets, il y a non seulement le designer, mais aussi des personnes qui travaillent sur la matière première, celles qui exécutent le produit avec soin et affection…

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Nous aimons vraiment revenir sur nos expériences et nos propres projets. Bien que nous pensions qu’il n’y a pas de design galicien qui puisse être identifié comme tel, comme peuvent l’être le style de design hollandais ou italien, nous pensons qu’en vivant ici notre travail s’inspire des racines dans lesquelles nous vivons et les transmet consciemment ou inconsciemment. C’est une façon de travailler, une façon de lire des objets…

La tradition, nos propres expériences, la société dans laquelle nous avons grandi et tous les facteurs qui l’entourent, tout cela influence notre design. En fin de compte, l’inspiration vient de partout, des meilleurs créateurs au travail d’un forgeron. Vous n’avez pas besoin de signature, un artisan peut aussi être designer, car tous les objets créés ont été conçus.

 

Dans cet autre article, vous pouvez retrouver une sélection des travaux de Cenlitrosmetrocadrado dans la conception de produits, les espaces, les graphiques…
Cenlitrosmetrocadrado a également conçu pour Finsa l’espace Natur Hall. Découvrez le projet à travers cette vidéo !

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR
Aviso de cookies