La tendance à réunir l’architecture et la nature est une réalité très présente dans les bâtiments et les villes d’aujourd’hui. Dans certains cas, cette union va au-delà du simple respect de l’esthétique naturelle où se situe le projet et l’objectif est de comprendre et intégrer l’espace comme un élément architectural supplémentaire. Découvrons ensemble quelques modèles architecturaux particulièrement intégrés à la nature.

Architecture organique et environnementale : une touche durable

Un défi essentiel de la création architecturale est de trouver un espace qui permette la compréhension de la nature à travers les formes. Cet espace doit promouvoir la prise de conscience, la sensibilité et l’engagement envers cet environnement naturel et ses matériaux.

Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Le concept d’architecture organique remonte au début du 20ème siècle avec l’architecte Frank Lloyd Wright et des exemples comme sa Maison sur la Cascade. Il y réinterprète la nature en respectant les matériaux locaux pour que la structure fasse partie de l’environnement.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Marcela09 (@historia_arquit)

L’évolution de cette symbiose nous arrive aujourd’hui sous l’égide de l’architecture environnementale. Cette discipline cherche à transformer les mécanismes de l’architecture conventionnelle. Comment ça se passe ? La tendance intègre des matériaux axés sur la durabilité, assure les besoins de l’environnement et prend en compte les facteurs climatiques, les énergies renouvelables ou les nouvelles technologies. L’optimisation et l’efficacité des ressources permettent, non seulement de profiter à l’environnement, mais aussi de transformer la nature.

L’intégration de la nature dans l’architecture peut se faire indirectement avec des éléments respectueux de l’environnement. Il est possible de construire des bâtiments avec des jardins verticaux qui impliquent cet habitat vert dans leur propre structure, que ce soit la façade, le toit… Et la possibilité d’inclure des éléments naturels à l’intérieur de la construction.

La rénovation des structures et l’amélioration des infrastructures inhabitées existantes sont une autre perspective digne de mention. Stephanie Chaltiel, architecte fondatrice de Mudd Architects, le défend dans un documentaire d’IKEA Espagne sur le développement durable. Dans ce documentaire, présenté au Madrid Design Festival 2021, Chaltiel considère que parier sur cette révision du préexistant est un « aspect clé qu’il faut promouvoir pour repenser le monde ».

En ce sens, Chaltiel estime que « le retour aux besoins fondamentaux des gens peut nous donner des indices pour améliorer l’architecture actuelle ». Elle n’exclut pas l’idée d’utiliser des drones pour installer des jardins verticaux ou même des forêts dans les villes, mais elle se souvient que « le vrai progrès est de savoir comment en prendre soin ».

Hôtels-bulles, maisons géodésiques et architecture martienne

En cherchant des exemples concrets de cette intégration, on peut voir des cas comme les hôtels-bulles, une forme d’hébergement conçue par le français Pierre Stéphane et déjà assez standardisée. Ils vous permettent de dormir dans un habitacle transparent en forme de bulle pour observer le firmament.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Bubble Hotels (@bubble_hotels)

Dans un cadre naturel aussi authentique que l’embouchure de la rivière Tambre en Galice, on retrouve les Cabanes d’Alebeida, construites dans les arbres. Elles sont un exemple d’intégration parfaite avec la forêt, pour qui recherche l’intimité et la connexion avec la nature dans sa forme la plus pure.

Ce projet a reçu le Prix d’Architecture et Urbanisme 2020 du Conseil Supérieur Espagnol de l’Architecture. Le travail architectural est réalisé par l’équipe dirigée par Francisco Liñares et Alfonso Salgado et repose sur trois axes fondamentaux : la durabilité, l’utilisation des ressources et l’intégration dans le paysage.

Dans cette revue des modèles architecturaux intégrés à la nature, nous ne pouvons oublier les maisons géodésiques. C’est un modèle de construction en forme de dôme fait de matériaux durables. Ce modèle de maison crée des atmosphères enveloppantes et permet une grande économie d’énergie, environnementale et économique.

Enfin, et si l’on regarde vers l’avenir, l’architecture s’intégrera même à d’autres planètes. C’est le cas du premier village spatial que la société parisienne Interstellar Lab entend construire dans le désert de Mojave (Californie). On parle d’un village autosuffisant capable d’exister dans des conditions environnementales proches de celles de Mars. Les installations laissent une empreinte carbone neutre et ne produisent pas de déchets.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de The Tech Snack (@thetechsnack_)

Comme nous aimons nous connecter avec vous et recueillir différents points de vue, donnez-nous votre avis sur les réseaux sociaux à travers le hashtag #ConnectionsByFinsa. Nous vous lisons d’où que vous écriviez !