Pepe Cosín est l’une des figures du design d’intérieur valencien à travers la firme Cosín Estudio, où il a passé quarante ans dédiés à un métier qu’il ressent comme l’une des passions des plus viscérales. Cette émotion transcende tout type d’espace : du workplace (siège d’Actiu, du cabinet d’avocats Broseta ou des bureaux d’Importaco et Divina Pastora), du complexe hospitalier La Fe ou des environnements résidentiels. Cosín poursuit son meilleur projet, « celui qui est à venir », et décrit l’avenir du studio lui-même comme « un rêve devenu réalité ». Nous CONNECTONS AVEC… le côté le plus créatif du designer.

40 ans d’architecture d’intérieur, quelles leçons souhaitez-vous partager sur le métier ?

Sans aucun doute, la passion est la chose la plus importante, même si c’est le cas pour toute profession créative. L’amour du design, le désir de continuer à étudier et à apprendre… ne cesse de m’émouvoir. Au-delà de toute avancée technologique, la clé du design est la passion.

Je tiens également à souligner que le marché a enfin pris en compte la nécessité d’intégrer le design dans toute activité. Le design est entendu comme une valeur ajoutée à tout projet.

 

De quel projet êtes-vous le plus fier ?

Je crois toujours que le meilleur projet est celui à venir, celui que nous n’avons pas encore fait, et peu importe le budget. Nous aimons tout faire avec plaisir, c’est notre façon d’appréhender le design.

 

Comment le studio a-t-il évolué ? Comment est né le besoin de créer une « maison d’édition » de votre propre produit ?

Plus qu’un besoin, c’est un rêve. La « maison d’édition » est un projet qui apparaît et disparaît mais que nous souhaitons consolider avec de nouvelles personnes. Nous avons toujours fait du contract et du design spécial, mais à présent nous avons ce point de vue pour toucher le marché, car le design industriel est une partie très importante qui mérite énormément de respect.

Nous offrons la décoration d’intérieur, le contract (à la fois sur des projets et des concours publics) et l’équipement de la maison par le biais du studio et de la boutique. Studio et boutique qui, soit dit en passant, sont compris comme deux espaces très proches, situés à quelques centaines de mètres l’un de l’autre.

Nous touchons tous les domaines de l’habitat : bureaux, hôpitaux, maisons, restaurants, hôtels… nous fournissons également des services d’ameublement de projet à d’autres studios, même si notre point fort est la décoration d’intérieur.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Cosín _ Estudio (@cosinestudio)

 

Quelle est votre matière fétiche ?

Toutes les matières sont nobles, tout dépend de la proportion et de l’usage… mais je dirais que le bois, de par la maîtrise de la menuiserie, est très intéressant.

 

Et en parlant de matière, quel impact la durabilité a-t-elle eu sur le secteur ?

C’est déjà une réalité qu’il s’agit d’une préoccupation palpable, et nous nous en réjouissons pleinement. Tous les matériaux que nous utilisons sont durables, du moins le bois et les tissus, qui sont labellisés.

 

Que retiendriez-vous de votre étape en tant que doyen du Collège des architectes d’intérieur de Valence ?

J’ai essayé de m’entourer d’un conseil hétéroclite de générations différentes. Des travaux ont été menés en lançant des formations en ligne et en présentiel. Je tiens à souligner le livre sur la décoration d’intérieur et la santé téléchargeable via ce lien, dont l’édition fin 2019 semblait totalement prémonitoire de ce qui viendrait plus tard. Notre volonté est d’amener ce débat à la société et d’influencer la diffusion et la formation comme piliers du Collège.

 

Comment coexistent architecture et design d’intérieur ?

Je ne trouve aucune différence entre les deux disciplines. En fait, il y a de grands architectes d’intérieur qui ont été architectes. Il n’y a aucun bon projet d’architecture où le design d’intérieur ne soit inclus, car c’est quelque chose d’intrinsèque. Que le marché envisage des changements d’utilisation ou d’autres facteurs qui interviennent dans des espaces déjà donnés est un autre sujet. Cependant, je vois qu’en design d’intérieur, nous sommes peut-être plus spécialisés dans l’utilisation et le détail, tandis que l’architecture part de prémisses plus larges. Après tout, ce sont des branches du même arbre.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Cosín _ Estudio (@cosinestudio)

 

Vers où se tourne le design d’intérieur ?

En ce moment il y a de tout : une tendance telle que la reconnaissance des matières nobles et la sophistication minimale dans l’intervention avec des ensembles baroques. Lorsqu’une tendance apparaît, la précédente reste et d’autres s’y ajoutent. En fait, cette combinaison de couches ne cesse de gagner en importance. C’est quelque chose qui se produit également dans la mode, car différentes tendances coexistent depuis plus d’années.

Dans notre cas, nous plaçons le client au centre, quelles que soient les tendances. Ils ont leurs propres critères, oui, mais adaptables à la personne qui aime cet habitat. Nous pensons que pour réussir dans la décoration d’intérieur il faut entrer dans l’intérieur des maisons, au plus intime.

 

Quelles sont vos références en termes de décoration d’intérieur ?

Hans Hollein, Carlos Mollino, Eloiza, Barragán… Je continue à être ému par les grands maîtres.

 

Comment vous connectez-vous avec l’inspiration ?

Je crois que la créativité est quelque chose d’inconscient qui est activé par les grandes œuvres que l’on voit et qui restent au fond de la rétine. Continuer à se nourrir d’expositions, de films… est essentiel. Ensuite, le digérer et se l’approprier.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida de Cosín _ Estudio (@cosinestudio)